Partagez | 
 

 Even if I love you? [feat Victoire]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lysander Scamander
Serpentard
Serpentard
avatar


Messages : 57
Popularité : 37
Date d'inscription : 26/05/2011
Localisation : Perdu.
Avatar : Jesse McCartney

MessageSujet: Even if I love you? [feat Victoire]   Mar 7 Juin - 14:58

Les yeux de Lorcan étaient vides et pourtant ses paupières formaient les angles d'un regard concentré. Lysander baissa les yeux, reposant son attention sur le jeu d'échec. Lorcan perdait, ce qui était notable.

« Il doit toujours y avoir un perdant et un gagnant, Lysander. »

Le murmure de Lorcan était méprisant. Le jeune Serpentard releva un sourire moqueur à son jumeau, mais ne répliqua pas. De deux doigts, il avança son cavalier, dévorant le fou de Lorcan. Ce dernier cilla.

« Echec et mat. »

Lorcan eut un petit geste de la nuque, acquiesçant sa défaite, puis récupéra ses pions et entreprit de ranger le jeu. Lys se leva et étudia autour de lui. Rolf était parti travailler en Roumanie, auprès d'un élevage de dragon atteints d'un virus, pour quelques semaines. Et cet après midi, les jumeaux étaient seuls à la Tour, Luna partie à Azkaban pour rendre visite à son père.
Les mains dans les poches, Lys se déplaça dans le salon, errant comme un spectre. Il ne savait pas quoi faire, et la présence de Lorcan le dérangeait. Pour une fois, la haine entre les deux jeunes hommes s'était calmée. Le lion et le serpent en se supportaient toujours pas, mais ils avaient conclu un pacte de paix. Interdit d'hausser la voix, interdit de se frapper, interdit de se menacer... Et ce qui était incroyablement délicieux, c'était qu'ils suivaient tous deux, à la lettre, ce règlement. Il n'y avait eu aucune dispute depuis.
Mais la présence de Lorcan le gênait.
Lysander s'assit sur le canapé circulaire, en fixant le plafond rond. Tout était rond, ici. Son corps glissa, et il se retrouva allongé sur le sol, les poignets encore maintenus par le canapé. Marrant, il s'était déjà retrouvé dans cette position, une fois. Sauf que là, il était beaucoup plus habillé.
Lysander laissa un soupir frustré franchir ses lèvres. Les paroles lointaines, criées, jaillirent dans son esprit. « Depuis que je ne me comporte plus comme une pétasse de seize ans en couchant avec tout ce qui bouge? Oh mais attends, c'est toi, ça!
»
Elle avait sût trouver les bons mots. Ça avait fait hyper mal d'entendre ça. Lysander se mordit les lèvres. Il avait tout foutu en l'air, avec Victoire. Une vague de nausée le prit, et il s'assit lentement, ramenant ses jambes contre sa poitrines, son regard bleu perdu dans le vague. Lorcan le contourna, et caressa Elizabeth, lové en boule, à même le sol. Lysander marmonna:

« Laisse le dormir. »

Lorcan plia ses genoux, et récupéra le félin, le réveillant, pour le prendre dans ses bras. La queue de l'animal fouetta le bras du jeune homme qui se tourna vers son frère.

« Non. »

Lorcan le provoquait, mais il s'en tint là. Lys reporta son attention sur la moquette noire, tandis que son jumeau montait vers sa chambre, deux étages au dessus. Le Salazarien resta immobile, au centre du salon, méditant. Pouvait on arrêter le temps?
La cloche d'entrée sonna soudain. Lysander sursauta et tourna la tête vers le hall. Qui était là? Si c'était Luna, elle n'aurait pas sonné. Sauf si elle avait oublié ses clefs. Mais cela serait bien improbable. De plus elle ne devait rentrer que très tard ce soir. Lysander resta une seconde immobile. Lorcan, tu ouvres? Il n'y eut aucun mouvement en haut, aussi l'adolescent déplia lentement son corps, et tirant sur le T-shirt kaki trop grand pour lui, et traversa d'un pas léger le salon. Sa main se posa sur la poignée de la porte, et il resta une seconde figé, la respiration suspendue. Il avait un pressentiment. Ni bon ni mauvais. Juste l'impression étrange de quelque chose. Lysander se retourna lentement et fixa l'escalier du salon derrière lui. Il apperçut Lorcan, debout sur les marches, qui après avoir croisé son regard, sourit, en remontant lentement les marches. Lysander ouvrit la porte. Son coeur sauta un battement. Victoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoire Weasley
Gryffondor
Gryffondor
avatar


Messages : 1337
Popularité : 757
Date d'inscription : 04/09/2010
Localisation : Quelque part... Dans le noir... Perdue ?
Avatar : Blake Lively

+ Me, Myself and I __
Force Magique:
Gallions:
1200/10000  (1200/10000)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Even if I love you? [feat Victoire]   Mar 7 Juin - 16:03


    Le tintamarre dans la maison des Weasley était assez impressionnant. Presque tous les enfants étaient là, les parents aussi même si certains se comportaient encore comme des gamins en se lançant des cognards dessus. Normal, quoi. Assise dans un des canapés du salon, Victoire caressait le chat posé sur ses genoux. Elle surveillait son petit frère et sa cousine qui semblaient avoir eu la bonne idée de lâcher le vif d’or dans le salon. D’un geste rapide, elle passa les longues mèches blondes derrière ses oreilles pour pouvoir mieux regarder autour d’elle. Une fois que quelqu’un attrapait le vif d’or, le jeu s’arrêtait. Si cela permettait au calme de revenir, Victoire se dévouait bien volontiers pour attraper ce foutu œuf volant.

    Elle n’eut heureusement pas à se lever de son canapé très confortable car Oncle Harry entra au même moment dans la pièce et le vif d’or eut le réflexe d’aller vers son propriétaire. Le calme revint très rapidement dans le salon car les deux petits, boudeurs, sortirent pour voler avec les balais de leurs oncles et tantes. Tranquillement assise dans son canapé, Victoire attrapa un bouquin et l’ouvrit à une page aléatoire. Elle n’avait pas envie de lire mais de réfléchir. Hors, si elle restait les yeux dans le vide, quelqu’un aurait évidemment la bonne idée de venir la déranger pour lui demander si elle allait bien. Victoire attrapa donc un livre au hasard et se plongea dans ses pensées. Elle se demandait pourquoi tout avait foiré autant, avec le timbré Scamander. Non non, pas le gentil Gryffondor. Non, ça ne serait pas marrant, sinon.

    C’était le milieu d’après-midi, il faisait beau et chaud, tout le monde était dehors. C’est bien sûr à ce moment que Roxanne entra dans le salon. Le chat sauta sur le sol, laissant de longs poils blancs sur la jupe noire de Victoire. En levant les yeux au ciel, la blonde prit sa baguette et utilisa un sort de base pour faire disparaitre le tout. Sa cousine s’assit en face d’elle et, avec un sourire des plus innocents, lui posa LA question à ne pas poser.

    Alors, il s’est passé quoi avec Lysander, le coureur de jupon ?

    Victoire crispa sa mâchoire et inspira calmement pour ne pas montrer qu’elle n’avait absolument aucune envie d’en parler et que cela lui faisait vraiment mal d’y penser. Mal au cœur ? Oui, aussi. Mais au ventre, surtout. La douleur d’un souvenir est parfois plus violente que celle d’une blessure. Personne dans sa famille n’était au courant à part sa maman, Fleur, à qui Victoire disait tout. Et cette dernière avait fait promettre à sa maman de ne jamais le dire à qui que ce soit.

    Rien. Rien d’intéressant pour toi, du moins.

    Victoire se leva et, attrapant sa veste et ses chaussures, sortit rapidement. Elle passa par derrière et monta la colline qui entourait le Terrier. De loin, elle entendait les rires, les cris et les discussions. Elle aimait sa famille plus que tout mais parfois, elle était vraiment envahissante. La jeune fille n’était pas vraiment habillée pour une balade, même petite, mais elle était partie sur un coup de tête et n’avait ni envie de retourner au Terrier ni d’endroit précis où aller. C’est vrai qu’une mini-jupe noire et un chemisier blanc, c’est pas le top… La Gryffondor se rendit compte trop tard qu’elle avait embarqué ses talons et non pas ses baskets et qu’en plus, elle avait oublié son super sac extensible bourré de fringue de rechange.

    Levant les yeux au ciel et enfilant ses talons, Victoire entreprit de descendre l’autre versant de la colline. Elle aimait beaucoup ce grand champ d’herbe verte et douce qui s’étendait sur des kilomètres, tout ça pour protéger la famille Weasley des regards indiscrets. D’un côté de la maison, le champ de maïs. De l’autre, l’herbe à perte de vue. Et au loin, une autre tour. Ah oui, la Tour Scamander. D’un pas léger, sautillant, Victoire se dirigea vers cette fameuse tour où elle n’était plus allée depuis des années. Elle devait être légèrement sadomasochiste pour aller chez les Scamander mais elle était d’humeur insouciante, aujourd’hui. Et de toute façon, il y aurait au moins un des adultes… Ou pas.

    Heureusement que la blonde avait un très bon équilibre car le terrain n’est pas des plus plats et n’importe qu’elle autre fille, moldue, surtout, aurait très certainement cassé un de ses talons ou alors elle se serait tordue la cheville une ou deux fois au minimum. Cette idée fit pouffer de rire la sorcière et elle s’amusa à faire le tour de la tour avant de sonner. C’était exactement comme sa tante aimait le raconter. Haut, tordu et coloré. Victoire monta les marches en faisant le moins de bruit possible, chose pas très compliquée, et sonna à la porte.

    Cette dernière mit un certain temps à s’ouvrir et Victoire se demandait si un des jumeaux avait pu la voir par la fenêtre de sa chambre qui, d’après ses souvenirs, se trouvait au deuxième étage de la maison. Elle attendit patiemment même si cela n’était pas sa principale qualité. La poignée se baissa et la porte s’ouvrit. Le visage de Lysander changea de couleur. Le sourire brillant se dissipa peu à peu et son teint devint plus blanc que d’habitude.

    Salut toi. Je peux entrer ? J’espère que je dérange pas mais je m’ennuyais comme un rat mort, chez moi.

    Avec un sourire charmeur, Victoire se faufila à l’intérieur, détaillant au passage le Serpentard. Un T-shirt trop grand, hein ? Pas exactement le même style qu’à Poudlard. Cela lui plaisait beaucoup. Un chat vint à sa rencontre et Victoire se baissa, laissa le temps au chat de sentir sa main puis le gratouilla derrière les oreilles. La turbine à ronron d’activa automatiquement et Victoire se releva, se mettant face à Lysander.

    Alors, qu’est-ce que tu racontes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysander Scamander
Serpentard
Serpentard
avatar


Messages : 57
Popularité : 37
Date d'inscription : 26/05/2011
Localisation : Perdu.
Avatar : Jesse McCartney

MessageSujet: Re: Even if I love you? [feat Victoire]   Mar 7 Juin - 16:41

« Salut toi, je peux entrer? J'espère que je ne dérange pas, mais je m'ennuyais comme un rat mort, chez moi. »

Okay, message reçu cinq sur cinq. Voilà la cause du sourire de Lorcan et de son attitude. Il avait apperçu Victoire de sa chambre et était redescendu en courant dans les escaliers pour observer la réaction de son frère.
Lys, interdit, ne fit aucun geste quand la jeune fille pénétra dans le hall, un sourire rayonnant sur les lèvres. Il ne dit rien quand les yeux un peu trop prévoyants à son goût de la Lionne se posèrent sur son T-shirt, mais il haussa vaguement les épaules en guise de réponse, et ferma la porte. Victoire entra dans le salon. Elle était juste magnifique. Pourquoi était il encore amoureux? N'avaient-ils pas été très clairs, communément? Moi je te blesse perfidement, et toi tu me jure de te venger. Lys leva la main à sa poitrine et pressa ses doigts, cherchant à chasser la douleur. Victoire se tourna vers lui, il laissa chuter son bras le long de son corps. Lorcan ne descendait pas? Que faire la prévenir qu'ils étaient seuls, qu'il n'y avait aucun adulte?


« Alors, qu'est ce que tu racontes? »

Lysander eut un mince sourire, puis se secoua et traversa le salon, passant près d'elle, se rendit à la cuisine, juste à côté.


« Pas grand chose. Rolf et Luna ne sont pas là. Rolf est parti en Roumanie pour soigner un élèvage de dragon malades parce qu'ils avaient bouffés un concombre malade ou je ne sais pas trop quoi... »

Il l'entendit pénétrer dans la cuisine, tandis qu'il s'affairait à préparer, comme tout hôte qui se respecte, thé et petits gâteaux. Il tourna brièvement son regard vers elle.


« Tu peux t'asseoir, si tu veux. Sauf si tu es plus à l'aise dans le salon. »

Il eut un bref sourire qu'il laissa glisser en retournant le visage vers la théière. Calme. Cela était trop calme pour paraître naturel. Dans sa tête, il crût entendre ... un chronomètre? Ses yeux bleus se levèrent vers l'étage. Lorcan s'éclatait avec la cryptophasie pour le tester. Un biscuit se brisa entre ses doigts, et il jeta les miettes sur le sol. Edward jaillit d'au dessus de l'armoire de la cuisine, et après un court vol plané à travers la cuisine, claudiqua jusqu'aux chevilles de son maître, picorant avec plaisir les miettes. Lysander attrapa la lourde théière d'argent et la posa sur un plateau, ainsi que les gâteaux, et se rendit dans le salon, là où Victoire s'était installée. Il déposa le plateau sur la table devant elle, et s'assit face à elle, sur le sol. Comme ça, il pourrait la regarder elle, et les escaliers.


« C'est sûr qu'ici, on est que quatre. Et deux, aujourd'hui. Je pense que je ne supporterais pas de vivre dans une famille nombreuse. Tu as des préférés dans ta famille? »

Il fuit son regard, préférant fixer le tas de biscuit, tandis qu'il récupérait sa tasse de thé. Il savait qu'en manière de convenance il fallait laisser l'invité se servir en premier, mais là, juste au cas où elle craigne qu'il ne l'ait empoisonné, il se servit en premier. Le liquide ambré gicla dans sa tasse, avec douceur, emplissant l'espace circulaire de la tasse, pour finalement s'aplatir, et laisser s'éléver la vapeur brûlante. Le regard bleu du Serpentard se posa sur la Vélane. Il resta une seconde silencieux, puis, la théière toujours en main, sourit doucement.

« Je te sers? »

Il effleura les doigts de Victoire en récupérant sa tasse, mais continua à ne pas la fixer. D'un geste solide, il fit s'écouler le thé dans la tasse et la rendit à Victoire. Puis il reposa la théière sur la table avec un bruit sourd. Il porta la tasse à ses lèvres, et resta pensif. Sûr, ça changeait de Poudlard. Ici il ne s'habillait pas du tout de la même manière. C'était Lorcan le dandy, à la maison. Et lui, portait tout ce qui lui tombait sous la main. De plus, il n'y aurait aucun professeur, rien si quelque chose se passait mal.

« Pourquoi es tu venue ici? Pas que... (il soupira) pas que ça me dérange. Mais ça me paraît surprenant. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoire Weasley
Gryffondor
Gryffondor
avatar


Messages : 1337
Popularité : 757
Date d'inscription : 04/09/2010
Localisation : Quelque part... Dans le noir... Perdue ?
Avatar : Blake Lively

+ Me, Myself and I __
Force Magique:
Gallions:
1200/10000  (1200/10000)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Even if I love you? [feat Victoire]   Mar 7 Juin - 17:59


    Pas grand chose. Rolf et Luna ne sont pas là. Rolf est parti en Roumanie pour soigner un élève de dragon malades parce qu'ils avaient bouffés un concombre malade ou je ne sais pas trop quoi...

    Victoire le suivit dans la cuisine, sans avoir auparavant lancé un clin d’œil à Lorcan qui se dissimulait dans l’ombre de l’escalier. Ce dernier lui lança un sourire avant de remonter le plus discrètement possible. La Gryffondor sentait qu’elle allait bien s’amuser. Elle regarda un instant Lysander qui, de dos, était plus que sexy. Il préparait un plateau avec théière et biscuits et rien que le fait qu’il se comporte en hôte exemplaire était hilarant.

    Tu peux t'asseoir, si tu veux. Sauf si tu es plus à l'aise dans le salon.

    Lysander brisa un biscuit entre ses doigts et Victoire s’écarta juste à temps car un éclair fusa de dessous l’armoire de la cuisine et boitilla jusqu’aux miettes sur le sol. La jeune fille eut un sourire avant de marcher lentement vers le salon. Elle s’assit sur le canapé et entendit le cliquetis de la théière sur le plateau. Lysander entra dans le salon quelques secondes après et s’assit en face d’elle, sur le sol. De là, il devait avoir une très bonne vue sur les escaliers si jamais Lorcan re-pointait le bout de son nez.

    C'est sûr qu'ici, on est que quatre. Et deux, aujourd'hui. Je pense que je ne supporterais pas de vivre dans une famille nombreuse. Tu as des préférés dans ta famille?

    Je m’entends bien avec tout le monde mais plus avec Albus et James. Et Roxanne, aussi… Et toi, tu préfères qui dans ta famille ?

    Victoire avait remarqué que, depuis son arrivée, jamais Lysander ne l’avait regardé dans les yeux, regardant sa tasse ou les biscuits. Comme si des biscuits pouvaient être passionnants… Quoique, oui, ils pouvaient l’être s’ils étaient ensorcelés pour voler, par exemple. La jeune fille s’amusa à imaginer des biscuits volants autour de la tête de Lysander et ne put retenir un sourire. Elle regarda Lysander se servir en premier, sachant qu’il pensait qu’elle pensait qu’il l’avait empoisonné. Elle ne le quittait pas du regard et pu donc noter le moment où, enfin, il osa poser les yeux sur elle. Une seconde de silence, puis il lui demanda :

    Je te sers?

    Victoire lui tendit sa tasse et elle sentit parfaitement le contact furtif. Lys baissa de nouveau les yeux et elle sourit. Il était sur son terrain et pourtant, il refusait de se battre ? Voilà qui était cocasse. La jeune fille reprit sa tasse et le laissa boire en premier. Puis, ne résistant pas à l’attrait d’une bonne tasse de thé, elle trempa ses lèvres dans le breuvage brûlant. Le liquide coula dans sa gorge, brûlant les tissus au passage, mais elle ne broncha pas. Elle adorait cette sensation de brûlure dans sa gorge et ne pouvait boire du thé que s’il était encore fumant.

    Pourquoi es tu venue ici? Pas que... (il soupira) pas que ça me dérange. Mais ça me paraît surprenant.

    Je te l’ai déjà dit, je m’ennuyais comme un rat mort chez moi… Et non, je n’avais aucune idée derrière la tête, à part celle que, ici au moins, il n’y a pas de professeur qui pourrait nous empêcher de nous entre-tuer.

    Le ton de la voix de Victoire n’avait pas changé le moins du monde et on aurait presque dit qu’elle parlait de la pluie et du beau temps. Un sourire innocent tira ses lèvres et elle prit un biscuit. A son odeur, il était on ne peut plus normal et le craquement qu’il produisit lorsque les dents blanches de la jeune fille le coupèrent résonna dans le silence qui régnait. Avait-elle dit quelque chose de bizarre ? Non, pas du tout. Elle énonçait juste une vérité. Rien de plus. Le premier chat qu’elle avait vu dans l’entrée sauta sur ses genoux et, avec un soupire, elle commença à caresser son pelage doux.

    Ce chat devait être vieux et il lui semblait l’avoir déjà vu dans les couloirs de Poudlard. Ou alors, dans la salle commune ? Oui, peut-être. Ce devait être celui de Lorcan car il lui semblait bien que ce chat était déjà venu la réveiller au milieu de la nuit. La nuit de la salle de bain près de l’infirmerie ? Peut-être. Elle n’en avait que faire.

    Lorcan va descendre ? Je ne pense pas. Alors arrête de fixer cet escalier comme si ta vie en dépendait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysander Scamander
Serpentard
Serpentard
avatar


Messages : 57
Popularité : 37
Date d'inscription : 26/05/2011
Localisation : Perdu.
Avatar : Jesse McCartney

MessageSujet: Re: Even if I love you? [feat Victoire]   Mar 7 Juin - 18:38

Elizabeth était certainement la chat le plus intelligent qui devait exister en cette ville. Il était toujours là pour détendre l'atmosphère. Ce fut presque sans surprise que Lys sentit le chat passer près de lui, et glissant sous la petite table, monter sur les genoux de la demoiselle. Lys cilla. Lorcan ne l'avait il pas fait monter avec lui? Ses prunelles vrillèrenta automatiquement sur l'escalier. Ce gosse cachait bien son jeu. Même de là où était Lysander, il était impossible de distinguer si quelqu'un se tenait contre le mur. Lys se mordit les lèvres, répondant à Victoire.

« Lorcan, certainement. »

Réponse étonnante, certes. Mais ils s'aimaient incroyablement. Avec une telle force que s'ils se tuaient, ce serait quelque chose de tout à fait naturel que le suicide victorieux du survivant. Okay, pensées morbides, dégageeeeeeez!
Le jeune homme ignora les dires suivants de Victoire, se contentant de prendre une position plus agréable sur le sol. Il refusait de s'asseoir à côté de celle qu'il avait enlacé quelques mois plus tôt. Ce serait juste immoral comme comportement. Il posa une nouvelle fois les yeux sur les escaliers, et but lentement le thé. Le liquide lui brûla la langue et le palais, avec une douleur vicieuse. Calmement il reposa la tasse, s'humectant les lèvres pour soulager la sensation de brûlure.

« Lorcan va descendre? Je ne pense pas. Alors arrêtes de fixer cet escalier comme si ta vie en dépendait. »

Lysander releva lentement son visage vers elle, et se pencha vers l'arrière, bloquant ses coudes de manière à former un contre-poids à son corps, le regard posé sur la tasse de thé que venait de reposer Victoire. Il percevais distinctement, mieux que les autres, les détails. Aussi nota t-il distraitement la trace qu'avait laissé les lèvres de Victoire sur le rebord de la tasse. Il cilla.

« Je fais ce que je veux, non? »

Sa voix était calme, et non agressive. Il refusait de faire quoi que ce soit qui puisse détruire le pacte de paix entre Lorcan et lui. Tant pis pour le gosse s'il s'amusait lui même à l'espionner Victoire et lui. Même si Lorcan le testait, il avait deux choses à vaincre, ici. Le fait qu'il puisse se retenir et contre Lorcan et contre Victoire. Les deux personnes qu'il aimait le mieux. Il pencha légèrement son visage.

« Tu savais que Lorcan avait tué la mère d'Elizabeth, un peu avant la mise à bas de sa portée. Morte dans un incendie provoqué involontairement par mon petit frère. Je pense que c'est pour ça qu'il est un peu... »

Il se releva un peu, et plaçant ses mains devant lui comme un zombi, se mit à gronder en glissendi, roulant des yeux. Lorcan, bien évidemment planqué dans les escaliers se mit à rire, mais eut la fierté de continuer à se cacher de leurs vue. Lys laissa un sourire glisser sur ses lèvres, et il fixa le visage de la Vélane. Il baissa lentement les yeux.

« Si tu te vengeais, là? Au moins, toute cette histoire serait terminée. »

Son coeur s'était mis à battre plus vite, et Lorcan, quelque part dans sa tête, avait cessé de rire. Ce n'était pas sérieux, bien sûr.


« Pardon. D'avoir fait couler ton sang. »

Il se releva lentement, et fixa le sol, pensif. Il se foutait qu'elle lui pardonne ou pas. Elle devait juste savoir qu'il était sincère. Il ne pourrait certainement pas réparer cela, mais... au moins elle savait. Du moins il l'espérait.
Il se leva souplement, et sans un mot, récupéra le plateau, qu'il conduisit à la cuisine. Il ferma la porte derrière lui, et posa le plateau sur une table. Puis il s'adossa à la porte et respira profondément, en fermant les yeux pour se calmer. Edward en profita pour voler jusqu'au biscuit et en chiper un. Lys rouvrit les yeux, et actionna la poignée pour retourner dans le salon. Il resta une seconde immobile à la fixer, comme surpris de la voir là, puis sourit.

« Je te montre ma chambre? ''Notre'' chambre? »

Il avait exagéré le « notre » et il eut raison. Même si ce fut très imperceptible, les chaussettes d'un Lorcan remontant en vitesse vers le second étage produit un très léger bruit qu'il attendit s'eteindre pour inviter Victoire à monter.
La montée des escaliers fut silencieuse entre eux deux, puis Lysander se plaça devant la porte de leur chambre, et frappa un bref coup sur le panneau de la porte. Lorcan marmonna quelque chose qu'il prit pour une invitation. Il ouvrit la porte, et jetant un coup d'oeil, nota que Lorcan était vraiment un génie pour ranger une pièce en trente secondes chrono. Vraiment ranger. Pas cacher, comme lui. Il ouvrit la porte, et salua son frère qui les bras croisés, habillé en chemise et en pantalon noir, beaucoup plus classe que lui, beaucoup plus classe qu'à Poudlard, en fait. La chambre comportait deux lits superposés, un hamac, et un énorme miroir qui doublait la pièce très lumineuse. Lys s'effaça dans une révérence pour laisser entrer Victoire, un mince sourire sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoire Weasley
Gryffondor
Gryffondor
avatar


Messages : 1337
Popularité : 757
Date d'inscription : 04/09/2010
Localisation : Quelque part... Dans le noir... Perdue ?
Avatar : Blake Lively

+ Me, Myself and I __
Force Magique:
Gallions:
1200/10000  (1200/10000)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Even if I love you? [feat Victoire]   Mar 7 Juin - 19:39


    Lysander fit alors quelque chose que Victoire trouvait plus sexy que n’importe quoi d’autre. Il se mordit les lèvres. Une bouffée de nostalgie envahi la Gryffondor et elle n’entendit qu’à moitié ce qu’il lui répondit. Elle distingua vaguement le prénom de Lorcan mais n’y prêta pas plus d’attention que ça. Elle le regarda boire et essaya de se changer les idées en gratouillant le chat derrière les oreilles. Oui, elle en était sûre maintenant. Elle l’avait vu dans les dortoirs et la salle commune des Gryffondors.

    Lorcan va descendre? Je ne pense pas. Alors arrêtes de fixer cet escalier comme si ta vie en dépendait.

    Je fais ce que je veux, non?

    Victoire sourit. Elle n’arrêtait pas de sourire depuis qu’elle était là mais ce n’était pas le but premier. Le ton était aussi calme que celui qu’avait utilisé la blonde et il n’y avait aucune agressivité. Elle l’observa et vit qu’il penchait un peu la tête. Encore une fois, un sourire tira ses lèvres.

    Tu savais que Lorcan avait tué la mère d'Elizabeth, un peu avant la mise à bas de sa portée. Morte dans un incendie provoqué involontairement par mon petit frère. Je pense que c'est pour ça qu'il est un peu...

    Victoire ne releva pas. Cela ne la concernait pas le moins du monde mais elle aimait entendre les petites histoires de jumeaux que Lysander pouvait dénicher. Il se releva un peu, et plaçant ses mains devant lui comme un zombi, se mit à gronder, roulant des yeux. Lorcan, bien évidemment planqué dans les escaliers se mit à rire, mais eut la fierté de continuer à se cacher de leur vue. Victoire rit aussi. Deux rires cristallins, résonnant en cœur dans une maison calme. C’était ça, le bonheur ? Non, pas comme ça. Lysander fixa Victoire avant de baisser les yeux.

    Si tu te vengeais, là? Au moins, toute cette histoire serait terminée.

    Silence.

    Pardon. D'avoir fait couler ton sang.

    Un déclic. Un sourire. Un pardon ? Peut-être mais pas tout à fait. De toute façon, Lysander s’en foutait pas mal que Victoire lui pardonne, elle le savait. Elle voulait juste entendre ces mots. Et lui avait juste besoin de les dire. Mais elle ne s’excuserait pas, jamais. Ce n’était que vengeance justifiée. Elle le regarda se lever, prendre le plateau et marcher vers la cuisine. La porte se ferma. La jeune fille ne bougea pas et attendit qu’il ressorte, ce qu’il ne manqua pas de faire, un sourire aux lèvres, bien entendu.

    Je te montre ma chambre? ''Notre'' chambre?

    Un léger bruissement, un glissement dans l’escalier et la présence dans le dos de Victoire se dissipa. Selon toutes vraisemblances, Lorcan était remonté dans la chambre. En vue de la ranger ? Pourquoi pas, c’était une chambre de garçon après tout. Ranger le linge sale, les livres ou autres objets-personnes indésirables. Un sourire étira les lèvres de Victoire. Décidemment, elle n’arrêtait pas de rire de ses propres idées débiles.

    La montée des escaliers fut silencieuse entre eux deux, puis Lysander se plaça devant la porte de leur chambre, et frappa un bref coup sur le panneau de la porte. Lorcan marmonna quelque chose qu'elle prit pour une invitation, tout comme Lysander. Il ouvrit la porte, et salua son frère qui les bras croisés, habillé en chemise et en pantalon noir, beaucoup plus classe que lui, beaucoup plus classe qu'à Poudlard, en fait. La chambre comportait deux lits superposés, un hamac, et un énorme miroir qui doublait la pièce très lumineuse. Lys s'effaça dans une révérence pour laisser entrer Victoire, un mince sourire sur ses lèvres.

    La jeune fille entra, tourna sur elle-même pour voir toute la chambre et fit la révérence à Lorcan. Une future habitude ? C’était quand même la deuxième fois. Elle lui lança un baiser du bout de doigt avant de se glisser vers lui, de se pencher à son oreille pour lui murmurer quelque chose, faisant bien attention à ce que Lysander ne puisse pas entendre le moindre mot. Lorcan éclata de rire et posa un baiser sur la joue de Victoire avant de partir, fermant la porte derrière lui. Victoire éclata de rire mais elle se calma bien vite lorsqu’elle entendit la clé tourner dans la serrure.

    Euh, Lorcan ?! C’était pas prévu, ça !!!

    Levant les yeux au ciel lorsqu’elle entendit son camarade descendre les escaliers en riant, elle se retourna ensuite vers Lysander en haussant les épaules.

    C’était vraiment pas prévu, je te promets…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysander Scamander
Serpentard
Serpentard
avatar


Messages : 57
Popularité : 37
Date d'inscription : 26/05/2011
Localisation : Perdu.
Avatar : Jesse McCartney

MessageSujet: Re: Even if I love you? [feat Victoire]   Mar 7 Juin - 20:42



Encore surpris par le talent de Lorcan, Lysander ferma lentement la porte, cherchant le moindre objet oublié au sol. Mais rien. Lorcan avait eu l'effet d'une tornade, mais aux effets inverses. Il sourit, tandis que la porte se claquait avec douceur. Les yeux du jeune homme plongèrent sur le miroir. Le reflet de Victoire lui tira un soupir discret que Lorcan ignora. Ce dernier n'avait pas placé un seul mot depuis le début. Les quatre yeux bleus étaient soudés, mais Lys détourna les yeux en premier. Il traversa la chambre sans rien dire, tandis que Lorcan s'approchait de Victoire. Les mains pâles du jeune Serpentard ouvrit les deux battants de la fenêtre, comme fendant le mur en deux. Un orage allait éclater. Lys ferma les yeux, et laissa la chaleur humide couler sur son visage, à la caresse du vent. Il y eut un rire derrière lui. Il se tourna vers les deux Lions au moment où Lorcan déposait un rapide baiser sur les joues d'albâtre de la jeune femme. Lys eut un mince serrement au coeur. Qu'espérait il? Que le fait qu'il s'excuse ait changé quelque chose? Qu'il ait encore le droit d'être jaloux? Pourtant il avait intérieurement l'impression d'avoir changé. Il poussa un cri mental, furieux, bien que très calme d'apparence.
Lorcan fit quelque chose de très étrange. Il sortit de la chambre.
Puis Lorcan fit quelque chose d'encore plus étrange. Il ferma la porte à clé derrière lui.
Les yeux ronds, Lys resta accoudé à la fenêtre, à fixer la porte comme surpris qu'elle ne se soit pas encore rouverte, et qu'un Lorcan hilare passe sa tête derrière le linteau, riant de sa blague. Il tourna les yeux vers Victoire qui semblait soudain beaucoup moins sûre d'elle.

« Euh Lorcan, c'était pas prévu, ça! »

Parce que c'était prévu? Grommelant, Lys traversa rapidement la pièce et actionnant la poignée, se rappela avec horreur que sa baguette était en bas. Impossible de sortir de là? Il se sentait comme un fauve pris en cage. Il se tourna lentement vers Victoire et posa son dos contre la porte, tandis que le rire de Lorcan s'éteignait dans l'escalier.

« C'était vraiment pas prévu, je te promets... »

Parce que c'était prévu que Lorcan sorte? Soupir. Il resta silencieux, à l'admirer, éperdument, mélancolique. Puis il soupira, et haussa légèrement les épaules.

« S'en fout, non? »

Il secoua la tête, chassant les mèches qui tombaient devant ses yeux, et passa devant son lit, sans rien dire. D'une main, il récupéra une veste accrochée à son siège, bien trop grande encore, et l'enfila sans grande attention. Ses yeux étaient perdus dans le paysage qui s'étendait à sa fenêtre, tandis qu'une averse débutait. Les vallées de Loutry sous la pluie était un tableau magnifique. Et odorant. L'arôme de la végétation imbibée d'eau s'élevait jusqu'ici. Il se laissa transporter une seconde, lorsque Victoire le rejoint à la fenêtre. Il s'écarta légèrement sur la droite pour lui laisser suffisamment de place . Accoudé au dessus du vide, il entendit la porte d'entrée s'ouvrir, et il croisa le regard de Lorcan qui leva le visage vers eux. Il portait un chaperon rouge vif, à en faire mal aux yeux. A travers le gris de l'Angleterre, Lorcan semblait se décalquer. Son frère sourit, à lui et Victoire, puis ferma la porte, en bas, et s'élança sur le sentier, pour ensuite sortir de leur propriété, un panier facilement devinable sous les plis de son manteau rouge claquant sous le vent et la pluie. Lys posa son menton sur ses poignets, et murmura:

« Il ressemble à Luna, tu ne trouve pas? »

Même démarche aérienne, même... originalité. Du rouge sous la pluie, telle une petite tâche s'éloignant, hors de portée. Même regard qui sait lire en vous mieux que n'importe quelle thérapie. Lorcan était un morceau de piano. Gai et calme en premier abord, mais finalement tellement désorganisé qu'il en était génial. Oui... Lorcan ressemblait à Luna.
Lysander se releva, et recula de la fenêtre. Il baissa les yeux, et presque sans hésiter, avec un calme incroyable pris la main de Victoire, ses doigts glissant entre les siens, dans le même mouvement où il la contourna. Une énorme boule naquit dans son ventre, et il lâcha la main de la Vélane, pour s'écarter. Il l'aimait. Il avait envie de le hurler, qu'elle le sache. Qu'elle l'accepte, aussi. Mais ça c'était impossible.
Il avait pété un câble. Il sentait le sourire qu'il avait eu naître dans son esprit. Lui, le maître des sourires... il savait que ses lèvres avaient trahis toute la folie qui l'habitait ce jour là. Une folie furieuse... une folie de dragon. Il avait tailladé dans la chair de Victoire une vengeance inexplicable. Sa main le brûlait. La sensation tactile... simplement toucher la Vélane le démangeait. C'était comme si sa main était gelée, brûlée, gelée...
Il posa un coude sur son bureau, et la fixa. Que dirait elle? Partirait elle? Lorcan avait confiance en eux. Sinon jamais il ne serait parti cueillir des plans d'Agualbus ou il ne savait quelle autre plante imaginée.

« Je ne sais pas quand est-ce qu'il reviendra... il passe souvent plusieurs heures à la récolte. Et je ne sais pas comment on peut sortir d'ici. »

Il existait certes plusieurs moyens de déverrouiller la porte. Par exemple: peut être Victoire portait elle sur elle sa baguette. Ou bien avait elle dans ses poches ou dans ses cheveux une pince qu'il savait fonctionner pour craquer la serrure. Mais en fait, il ne savait même pas s'il voulait sortir d'ici.
Victoire eut un bref sourire. Pensait elle à la même chose? Pff, certainement pas. Il nota les plis de ses joues quand elle souriait, et détourna les yeux, las. Merde, pourquoi tout se passait ainsi? Il tira sur l'ourlet de sa manche trop grande, et glissa sa main dans les cheveux, les ébouriffant plus que permis, en demandant innocemment.

« Envie de faire quelque chose? J'ai des livres, des jeux de sociétés... pff, j'en sais rien. »

Son sang bouillait mais aucun sentiment ne transparaissait sur son visage. Il avait juste mal au coeur. Je t'aime, je t'aime, je t'aime... cette phrase se répétait sans fin dès que les yeux surdoués du jeune homme se posait sur le visage de Victoire. Il pencha légèrement le visage.

« On est le onze juin, demain. »

C'était un simple week-end, à quelques mois des vacances. Mais savait elle que signifiait cette date?

« Nous aurons seize ans. »

Lys eut un mince sourire. Rolf ne serait pas là. Xénophilius ne serait pas là. Et Luna serait peut être déprimée. Peut être. Cette fille avait un don pour user de représentation résilientes incroyables. Elle en se laisserait peut être pas frustrer par l'absence des deux hommes de la maison, surtout pas pour l'anniversaire de ses fils. Il déglutit lentement, perdu dans ses pensées.

« Tu viendrais, demain? Ça nous ferait plaisir, à Lorcan... et à moi. »

Sa voix s'était légèrement cassée sur les derniers mots, et il maudit ses sentiments. Il se releva lentement du bureau, et alla s'asseoir sur le lit, incapable de rester immobile.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoire Weasley
Gryffondor
Gryffondor
avatar


Messages : 1337
Popularité : 757
Date d'inscription : 04/09/2010
Localisation : Quelque part... Dans le noir... Perdue ?
Avatar : Blake Lively

+ Me, Myself and I __
Force Magique:
Gallions:
1200/10000  (1200/10000)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Even if I love you? [feat Victoire]   Mer 8 Juin - 18:32


    C'était vraiment pas prévu, je te promets...

    S’en fout, non ?

    Un sourire mi moqueur mi suspect tira les lèvres de Victoire qui, décidément, souriait bien plus que nécessaire. Elle l’observa prendre une veste bien trop grande pour lui qui devait sans doute appartenir à Rolf. Il se dirigea vers la fenêtre et c’est alors que Victoire remarqua que le temps qu’elle adorait le plus était là. La pluie fine, typiquement anglaise, tombait d’un ciel presque noir et pourtant éclairé comme de l’intérieur. La jeune fille posa les coudes sur le rebord de la fenêtre et huma l’odeur reconnaissable entre mille.

    Deux regards aiguisés se braquèrent sur la porte d’entrée lorsque celle-ci s’ouvrit. Lorcan dût sentir le poids des regards sur lui car il leva les yeux et un sourire malin s’élargit sur sa bouille d’enfant joyeux. Le chaperon qu’il portait était d’un rouge si vif qu’il aurait pu blesser les yeux de n’importe qui n’était pas habitué à voir Lorcan se promener dans la forêt. Cette tenue donna plus à Victoire une irrésistible envie de rire. Elle aimait beaucoup le Gryffondor lorsqu’il affirmait sa différence, d’ailleurs, elle le préférait comme ça. C’était beaucoup plus…. Décalé et drôle. Oui, c’est ça. Un Lorcan décalé et drôle, joueur et rieur.

    Il ressemble à Luna, tu ne trouves pas?

    Oui…

    Victoire se rappela avec mélancolie la rencontre entre la famille Scamander et elle-même. Et les deux jumeaux bizarres mais ça, c’était un détail. Elle avait bien rigolé et effectivement, de Lysander et Lorcan, c’est ce dernier qui ressemblait le plus à sa mère. Même chevelure plus que blonde, même regard dans le vague, même « presque innocence » et même rire. Elle ne vit que Lysander avait reculé que lorsqu’il lui prit la main, sans la moindre hésitation. Sur le coup, Victoire ne pensa pas le moins du monde à réagir et se laissa complètement faire, presque avec délice. Ses doigts glissèrent entre ceux du Serpentard et le frisson de plaisir qu’elle ressentit fit qu’elle détacha leur étreinte le plus doucement possible. Apparemment, ils avaient eu les deux la même idée.

    La brûlure du frisson resta présente encore quelques instants après que leurs mains se fussent séparées et elle fit craquer ses doigts dans un réflex incontrôlable. Elle reposa ensuite son regard sur Lysander qui était accoudé au bureau, la fixant franchement pour la première fois depuis qu’elle avait débarqué dans la Tour Scamander.

    Je ne sais pas quand est-ce qu'il reviendra... il passe souvent plusieurs heures à la récolte. Et je ne sais pas comment on peut sortir d'ici

    Victoire se retint de dire Par la porte car elle se rendit compte que sa baguette était très bien dissimulée dans sa jupe. Et de toute façon, elle avait dit ça à Lorcan pour qu’il sorte, elle n’avait aucune intention d’ouvrir la porte même si c’était totalement imprévu. Cela l’arrangeait, en fait. Elle aimait l’esprit d’invention qu’avait son camarade rouge et or. Un sourire tira rapidement ses lèvres mais elle le fit disparaitre prestement car Lysander l’avait vu et aurait pu mal l’interpréter.

    Envie de faire quelque chose? J'ai des livres, des jeux de sociétés... pff, j'en sais rien.

    Lys, mon chou… Des jeux de société ? Sérieusement ? Les livres, à la limite…

    On est le onze juin, demain. Nous aurons seize ans. Tu viendrais, demain? Ça nous ferait plaisir, à Lorcan... et à moi.

    Elle sourit et regarda Lysander marcher jusqu’à son lit. Apparemment, il était incapable de rester en place. Elle ne releva pas le fait que sa voix s’était brisée sur les derniers mots car elle savait aussi bien que lui que quelque chose était indéterminé entre eux. Elle attendit quelques secondes avant de marcher vers lui, attrapant au passage la première chose qui lui tombait sous la main. Une cravate ? Moui, pourquoi pas. Verte et argent. Ah. Elle s’assit par terre et posa sa tête sur les genoux de Lysander, répondant enfin à sa question.

    Faudrait déjà que je puisse sortir d’ici, chéri. Ou que tu me mettes dehors, à voir… Parce que, c’est pas pour dire, mais t’es confortable en fait. Je me rappelais pas de ça.

    Un sourire tout à fait innocent prit place sur le visage d’ange de Victoire qui s’amusait avec son pouvoir de vélane. Après tout, ils étaient enfermés ici, rien que les deux. Qui sait ce qui pourrait se passer… Surtout entre deux ex aussi… attirés et attirants que Lysander et Victoire. Et puis, en plus de ça, ils n’avaient jamais vraiment mit de terme à leur relation. Si ? Ah bon…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysander Scamander
Serpentard
Serpentard
avatar


Messages : 57
Popularité : 37
Date d'inscription : 26/05/2011
Localisation : Perdu.
Avatar : Jesse McCartney

MessageSujet: Re: Even if I love you? [feat Victoire]   Mer 8 Juin - 19:17

Assis, il se sentait à peine plus calme, mais déjà plus sécurisé. Les yeux posés sur le visage de Victoire, il nota la légère expression de surprise quand elle récupéra une de ses cravates de Poudlard. Allons bon. Et pourquoi ne jouait elle pas avec celles de Lorcan? Une légère rougeur le prit, enflammant la mélanine de sa peau pâle. Les doigts de Victoire tournaient, tordaient le tissus de velours de son vêtement, l'hypnotisant, l'empêchant de se rendre consciemment compte qu'elle s'approchait de lui. Il humidifia brièvement la commissure de ses lèvres, ses yeux n'ayant pas lâchés une seconde Victoire, comme un fauve veillant à sa proie. Elle s'assit au sol, et de dos, posa sa tête contre ses genoux. Il inspira profondément, mais Victoire ouvrait déjà la bouche.

« Faudrait déjà que je puisse sortir d’ici, chéri. Ou que tu me mettes dehors, à voir… Parce que, c’est pas pour dire, mais t’es confortable en fait. Je me rappelais pas de ça. »

Un petit rire s'échappa des lèvres de Lysander, qui à sa propre surprise, se détendit musculairement. Son corps était en contact avec celui de Victoire... Pourquoi ne pas en profiter? Cette idée lui frôla l'esprit, mais il était concentré sur ses propres mouvements, veillant à ce que le chat n'intimide pas l'oiseau. Bien qu'il ne sache pas vraiment lequel des deux il était.

« Tu ne t'en rappelais pas? »

Ses mots étaient vibrants de joie et de malice, alors que son coeur était écartelé entre la peur de la blesser et l'amour. Très lentement, le jeune Serpentard posa ses mains sur les épaules de Victoire, effleurant les boucles blondes, délicieuses à la vue, au toucher et à l'arôme. Ses pouces suivirent les courbes des motifs capilaires, dessinant les accroches-coeurs, puis se déposèrent sur la carotide tendre de la jeune fille. Son coeur s'était serré. Pas douloureusement... non... avec une envie et une excitation effroyable. Sa main droite lâcha l'épaule, et ses doigts se déposèrent sur la gorge battante de Victoire. Sa peau contre la sienne, satinée, délicieuse, Lys redécouvrit lentement la gorge gracile de la Lionne, avec un délice épouvantable.

« Moi aussi je crois que j'ai oublié des trucs... »

Son genoux se déplia lentement, et il sentit le dos de Victoire suivre lentement son mouvement, tandis qu'il descendait de son lit, ses mains embrassant les courbes des épaules de Victoire. Une fois confortablement installé, il serra doucement ses doigts entre eux, effectuant une légère pression, ressentant les plis des vêtements de Victoire.
S'égaraient ils? Lys ne voulait plus le savoir. Il attira à lui, la pressant contre son corps Victoire, le dos de la jeune femme se déposant contre son torse. Il plissa a demi ses yeux, et comprit soudain pourquoi il perdait ainsi, lentement mais sûrement, sa prudence récalcitrante face à Victoire. La peau de cette dernière brillait étrangement, et son arôme s'était fait beaucoup plus sensuel, provocateur... sauvage. Un sourire étira les lèvres du Salazarien, qui sentit la tête de Victoire se poser sur sa clavicule. Vélane... elle usait donc de son pouvoir? Heureusement qu'il était au courant, hein? Il aurait presque put se faire piéger. Un soupir consterné glissa dans son esprit, mais ses mains continuaient leurs caresses dans le cou de Victoire. Il la sentait se détendre dans ses bras. La sensation était juste délicieuse. Sa respiration s'était légèrement accelérée. Ses mains se bloquèrent sur la gorge naissante de la jeune fille, la douceur de la chaleur de la peau de la jeune fille y étant le plus concentrée. Son regard s'était tourné vers la fenêtre, avec lenteur, comme mortifié. Le soleil avait percé de derrière les cumulonimbus. Les rayons blancs s'étaient déployés en une corolle éclatante, et peignaient la terre de leurs lumières. Et venaient se repercuter dans les yeux bleus du couple improbable. Lys resta immobile, à s'aveugler, puis ferma les yeux. Et enfouit son visage dans les cheveux dorés de Victoire, tandis que l'orage explosait, les flashs illuminant le ciel, plongeant leurs mondes à eux deux dans un rêve noir et blanc. Lys rouvrit lentement les yeux, silencieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoire Weasley
Gryffondor
Gryffondor
avatar


Messages : 1337
Popularité : 757
Date d'inscription : 04/09/2010
Localisation : Quelque part... Dans le noir... Perdue ?
Avatar : Blake Lively

+ Me, Myself and I __
Force Magique:
Gallions:
1200/10000  (1200/10000)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Even if I love you? [feat Victoire]   Mer 8 Juin - 20:14


    Faudrait déjà que je puisse sortir d’ici, chéri. Ou que tu me mettes dehors, à voir… Parce que, c’est pas pour dire, mais t’es confortable en fait. Je me rappelais pas de ça.

    Avec cette réplique, Victoire réussit à tirer un rire au Serpentard. Un tout petit rire mais déjà, la jeune fille sentait dans son dos les muscles de Lysander se détendre. Le calme régnait dans la maison ainsi que dans la chambre. Pour l’instant ? Sûrement, oui. Le calme précède la tempête, n’est-ce pas ? Et, connaissant les caractères tempétueux et dominants des deux futurs-ex-futurs amants, la tempête allait être violente. Une fois qu’elle arriverait, bien sûr.

    Tu ne t'en rappelais pas?

    Le ton était… joyeux mais peureux ? Une sorte de mélange bizarre entre joie, peur et légèrement provocateur. La rouge et or retint un sourire en mordillant sa lèvre inférieure. Elle sentit les mains de Lysander se poser sur ses épaules et elle ferma les yeux, se détendant presque complètement. Toujours être sur ses gardes, en tout instant, avec n’importe qui, même un tout petit peu. Mais Victoire se connaissait, elle allait très vite oublier les conseils de son oncle. Et, effectivement, quand le Serpentard descendit très lentement ses pouces dans son cou, sur sa carotide, sur ses clavicules, bref, dans l’endroit le plus sensible chez elle, elle ne put retenir un frisson. La main droite du Salazarien lâcha son épaule droite et elle sentit une délicieuse douleur lorsque ses doigts se posèrent sur sa gorge offerte. Oui, elle se laissait faire. Où était le mal d’avoir du plaisir ?

    Moi aussi je crois que j'ai oublié des trucs...

    Le genou de Lysander se déplia lentement, et Victoire fit suivre lentement le mouvement à son dos, tandis qu'il descendait de son lit, ses mains embrassant les courbes des épaules de la jeune fille. Tendrement enlacés, les doigts de la Lionne et du Serpent se mélangèrent dans une harmonie presque oubliée. Assis à même le sol, ils ne semblaient pas gênés par le rayon de soleil qui filtrait à travers la fenêtre. Victoire tourna légèrement son visage pour offrir sa peau au soleil. Elle aimait la pluie pour son odeur et le soleil pour sa chaleur. Les filles sont compliquées ? Mais non, pas du tout. Ce n’est qu’une impression.

    Elle se laissa aller contre le torse de Lysander tandis que ce dernier continuait les caresses mortellement enivrantes dans son cou. Elle ne comptait pas se laisser faire comme ça, elle aussi connaissait les points faibles du Serpentard. L’aine, juste ? La respiration qu’elle sentait dans ses cheveux s’était légèrement accélérée depuis le début de leur étreinte et elle se détendit encore un peu plus lorsque Lysander posa ses mains à la naissance de sa gorge, là où les clavicules se rencontrent pour former un creux. Particulièrement peu protégé, ce point était peut-être encore plus sensible que le reste du cou de la jeune fille. Elle regarda les frissons descendre sur ses bras avec délice et elle bascula un peu la tête en arrière. Juste à temps pour voir Lysander fermer les yeux sous le rayon qui se reflétait dans ses yeux d’un bleu magnifiquement hypnotisant.

    Victoire resta immobile, à observer celui qui avait été son premier vrai amour. Deuxième ? Peut-être. Lorsqu’il rouvrit les yeux, il resta silencieux et penseur. Lentement, la jeune fille glissa une main sous son T-shirt, s’amusant à tâter la peau blanche et fine du garçon. Elle cherchait le point qu’elle connaissait. Celui qu’elle avait trouvé, un soir, dans la salle sur demande. Lorsqu’elle vit Lysander se mordre violemment la lèvre inférieure et qu’elle ne sentit plus la respiration dans ses cheveux, Victoire se permit un petit sourire.

    Moi aussi je connais tes points sensibles, n’oublie pas.

    La jeune fille se retourna, sa main ne quittant bien entendu pas la peau douce de Lysander, et elle se mit à califourchon sur les jambes étendues sur le sol. Elle fit cependant bien attention à ne pas s’asseoir sur les genoux, préférant les cuisses. Moins douloureux, plus proche. Elle sourit très légèrement, plongeant son regard dans celui du Salazarien, et sentant le souffle saccadé de Lysander sur ses lèvres. Diaboliquement désirable. Elle n’avait rien à envier aux Serpentards qui ne savent pas jouer. Ses doigts jouaient toujours avec la peau brûlante de Lysander et elle posa ses lèvres juste au coin extérieur de la bouche du vert et argent. Ce n’était pas un jeu. Enfin, ce n’était plus un jeu, et ce depuis longtemps.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysander Scamander
Serpentard
Serpentard
avatar


Messages : 57
Popularité : 37
Date d'inscription : 26/05/2011
Localisation : Perdu.
Avatar : Jesse McCartney

MessageSujet: Re: Even if I love you? [feat Victoire]   Jeu 9 Juin - 15:24

Lysander eut un léger sourire. La main de Victoire, vicieuse, avait défait ses défenses, glissant à son aine, lui tirant une absence brève de respiration. Là, c'était dangereux, Lys. Le jeune homme plongea ses yeux dans ceux de Victoire, se demandant distraitement ce qu'elle pensait. Victoire sourit.

« Moi aussi je connais tes points sensibles. N'oublies pas. »

Sa pomme d'Adam suivit le léger mouvement de sa déglutition, tandis que Victoire s'agitait, retournant son corps, dans une lente tornade blonde. Lysander releva le menton, une brève expression arrogante sur son visage, en réponse à la réplique de Victoire. Cette dernière s'assit lentement vers lui, bien en face, sur ses cuisses. Sa respiration était légère, mais saccadée. Le visage de Victoire était proche du sien, les yeux bleus plongés l'un dans l'autre. Mauvaise hypnose que celle ci. Les doigts de Victoire couraient sur le ventre du jeune homme qui concentré à ne pas bouger d'un centimètre, sentit sa volonté exploser quand la Vélane se pencha et déposa ses lèvres à ses commissures. Un baiser léger, tendre. Inattendu. Inespéré. Lys cilla.
Immobile, il la fixa se relever doucement. Ses doigts étaient crispés au sol. Il les détendit lentement, et récupéra le mince filet de tissus à ses côtés. Sans un mot, il détourna brièvement le regard de Victoire, étirant la cravate, qu'il claqua d'un bref coup. Ses mains passèrent par dessus les épaules de la jeune fille, et il noua lentement le vêtement au collet de la chemise de la jeune fille, avec une lenteur extrême, profitant de chaque gestes. Du bout des pouces, il remonta le noeud et serra les cols remontés du haut de Victoire.

« Et ça ne te dérange pas de mettre ta main en dessous de la ceinture d'un homme? Espèce de Serpente. »

Un sourire moqueur illumina une seconde ses prunelles, tandis que les mots de Victoire résonnaient dans son esprit: « Je suis peut-être chez les Gryffondors mais certaines fois, je pense que Serpentard m’aurait très bien convenu. »
Vivement, avant qu'elle n'ait eu le temps de répondre, Lys agrippa la cravate, et attira Victoire à lui, ses lèvres se plaquant contre les siennes, pour forcer la défense de sa bouche, sa langue imposant un ballet d'amour à sa Vélane. Ses mains avaient quittés la cravate, lâchant doucement le tissus, tombant sur le corps de la Lionne, et l'une d'elle, innocemment, remonta le long de la cuisse, glissant sous la jupe. Le baiser était brûlant, la main douce. Il l'aimait, et elle, lui offrait ce dont il avait besoin. Elle. Tout simplement.
Torride, Lys refusa d'achever le baiser, et se laissa glisser au sol, sa main la maintenant au bassin, l'autre perdue dans les plis de la jupe, remontant dangereusement la cuisse, suivant la peau brûlante. Il se détacha lentement, la respiration saccadée.

« Magnifique... »

Un sourire fendit ses lèvres, et il l'embrassa dans le cou, se mêlant au parfum de sa gorge. C'était comme s'il elle avait été une rose... qui soudain déchaînée, exhalait les suaves arômes de menthes poivrées. Il avait fermé les yeux, et se tenait immobile, la serrant contre lui. Rien ne pourrait l'ôter de son coeur. Elle lui appartenait de droit. Il l'aimait, et personne ne pouvait s'y opposer.
Les yeux bleus de Victoire s'ouvrirent, et rencontrèrent son regard pensif. Il sourit, et levant la main, caressa sa joue. Il ne voulait plus la perdre. Il ne voulait pas imaginer qu'elle puisse appartenir à un autre. Les doigts effleurèrent la mâchoire, la joue qu'il avait dût, certainement, couvrir de pleurs un jour. Il voulait juste un sourire, pour toujours, sur ce visage là. Son coude se plia sous lui, pour le relever, tandis qu'il l'embrassait de nouveau, avec plus de tendresse et de douceur. Juste aimer. Pour ce qu'elle était. Pour ce qu'elle serait. Il s'en foutait. Lys aimait Victoire. C'était comme ça, et ce depuis l'instant où ils s'étaient rencontrés, jusqu'à ce qu'ils se soit brisés. Lorcan avait toujours été là. Et ils se retrouvaient, là maintenant, peut être uniquement pour quelques minutes? Non, certainement pas. Ce serait pour le « jusqu'à ce que la mort nous sépare », et rien d'autre. La main de Lysander effleura la poitrine quand il ôta, d'un geste délicat, la cravate, et la laissant chuter au sol, la reprit contre lui, afin de ressentir de tout son corps la chaleur du corps de Victoire, sa peau contre la sienne. Un léger sourire courut sur ses lèvres.

« Est ce que je peux considérer cela comme un oui à mon invitation pour demain? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoire Weasley
Gryffondor
Gryffondor
avatar


Messages : 1337
Popularité : 757
Date d'inscription : 04/09/2010
Localisation : Quelque part... Dans le noir... Perdue ?
Avatar : Blake Lively

+ Me, Myself and I __
Force Magique:
Gallions:
1200/10000  (1200/10000)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Even if I love you? [feat Victoire]   Jeu 9 Juin - 16:38


    Le baiser n’était absolument pas calculé et était fait avec le cœur. Victoire eu juste le temps de remarquer les doigts blancs car crispés sur le sol de celui qu’elle venait de presque-embrasser. Elle le vit se saisir de la cravate qu’elle avait amenée avec elle et le tissu claqua dans un mouvement sec. Elle vit les mains se rapprocher de son cou et se laissa encore une fois complètement faire. Lysander s’amusa à attacher le tissu autour de sa gorge pâle avec une lenteur exaspérante. Du moins, dans un autre contexte. Mais aujourd’hui, ils étaient tout sauf pressés. Le nœud remonta lentement, très lentement, trop lentement.

    Et ça ne te dérange pas de mettre ta main en dessous de la ceinture d'un homme? Espèce de Serpente.

    Victoire aurait voulu répliquer, dire que, de un, elle n’était pas une Serpente même si cela ne l’aurait pas gênée plus que ça, de deux, elle n’avait que touché son aine, de trois, il l’avait bien cherché, de quatre, elle aussi l’avait bien cherché, de cinq, elle pouvait bien faire ce qu’elle voulait vu qu’il ne semblait pas s’y opposé et pour finir, qu’elle était dingue de lui donc, elle avait tous les droits. Mais elle n’eut pas le temps. Lysander attrapa la cravate et attira Victoire près de lui. Très près de lui. La Vélane dût faire un pas en avant pour ne pas finir par terre et ses lèvres rencontrèrent celles de Lysander.

    Vous connaissez les légendes qui disent que, quand on embrasse son âme sœur pour la première fois, on ressent un picotement, un feu d’artifice, une décharge électrique etc ? Et bien c’est n’importe quoi. C’est seulement à ce moment-là que Victoire sentit sa tête tourner sous l’effet brûlant du baiser. Elle sentit à peine la cravate retomber sur sa poitrine mais, par contre, elle sentit très bien les mains de Lysander qui glissaient sur son corps. L’une resta sage sur sa hanche pendant que l’autre remontait imperceptiblement sa jupe pour glisser sur la peau douce et fragile de sa cuisse. Le plaisir se décupla et la jeune fille tenta tant bien que mal de rester consciente de ses gestes.

    Victoire ne se rendit pas vraiment compte que Lysander se laissait glisser sur le sol et qu’elle suivait automatiquement son mouvement. La main du Serpent remontait toujours, vicieuse, légère et terriblement délicieuse. Leurs lèvres ne s’étaient toujours pas quittées mais quand Lysander rompit le baiser, son souffle était dangereusement rapide, tout comme celui de Victoire. La jeune fille était allongée sur Lys tandis que la main de ce dernier montait inexorablement.

    Magnifique…

    Je ne te le fais pas dire…

    Deux sourires identiques sur deux visages distincts. Les lèvres de Lysander glissèrent dans le cou de Victoire qui frissonna franchement. C’était de la provocation pure, par Merlin ! Elle se vengerait, oui. Mais pour l’instant, elle profitait pleinement de l’étreinte calme qui les liait tous deux. Victoire posa sa tête dans le creux du cou de Lys tandis que ce dernier faisait de même. Elle ferma les yeux et, lorsqu’elle se détacha un peu de lui, ses paupières étaient toujours closes. Bizarre comme les autres sens se développent beaucoup plus lorsqu’un de sens est coupé. Fermez les yeux et l’odorat prend le relais. Et Lys avait vraiment une odeur incroyablement indescriptible.

    Les yeux bleus se rencontrèrent et un sourire éclatant apparu sur le visage de Victoire. Elle avait envie de rire, de sautiller partout et de se blottir vers Lys pour le reste de sa vie. C’est long, ça… Elle sentit les doigts doux de Lysander courir sur sa joue, sa mâchoire pour finalement défaire le nœud autour de son cou. La cravate chuta sur le sol et Victoire sourit avant se blottir contre Lys, profitant pleinement de chaque instant.

    Est ce que je peux considérer cela comme un oui à mon invitation pour demain?

    Je n’ai pas l’intention de t’abandonner pour l’instant. D’ailleurs, même si je le voulais je ne pourrais pas… Et je ne vais pas te frustrer à ce point, mon chou

    Victoire posa doucement ses lèvres sur celles de Lys, faisant courir ses doigts sous le T-shirt du Serpent, s’amusant à réchauffer ses mains un peu froides sur la peau brûlante et faisant danser leur langue. Ce moment ne devrait jamais s’arrêter. Lys se releva un peu sur ses coudes, permettant à la jeune fille de faire passer le t-shirt par-dessus sa tête et ce dernier alla rejoindre la cravate un peu plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysander Scamander
Serpentard
Serpentard
avatar


Messages : 57
Popularité : 37
Date d'inscription : 26/05/2011
Localisation : Perdu.
Avatar : Jesse McCartney

MessageSujet: Re: Even if I love you? [feat Victoire]   Jeu 9 Juin - 18:15

Un rire fusa hors des lèvres de l'héritier Scamander suite aux dires de Victoire. Mais bien sûûûûûûûr!!!! Rire stoppé par la douceur de la bouche de Victoire qui se posa sur la sienne. Les doigts frais de Victoire glissèrent sous son T-shirt, rafraîchissants. Lys avait ouvert la porte, tout à l'heure, méfiant. Et là, il s'abandonnait totalement à ses envies, ses désirs, ses pulsions. Il ne put empêcher la surprise le gagner quand il sentit que Victoire lui ôta son haut. Là, un véritablement gloussement le prit, et inversant les rôles, il la plaqua au sol, lui au dessus, ses yeux rieurs.

« Je t'en prie... tu veux vraiment? »

Lys souriait calmement. Il n'écouta pas vraiment la réponse, ses doigts ayant déjà commencé à dégrafer lentement la chemise pâle de Victoire, ses doigts suivant la lente progression du boutonnier. Il avait pris une position plus confortable, et assis au dessus de Victoire, avait encore l'agréable position de dominant. Un petit rire résonna, quand il ôta lentement le chemisier. Le tissu blanc chuta sur le sol avec un bruit qui semblait faire trembler le monde pour lui. Lysander ferma les yeux, et prit lentement le corps de Victoire, la serrant contre lui. Cette fois, c'était la fin du début.
Les paupières blanches de Lysander se soulevèrent lentement.
Il y eut un bref mouvement, et le soutien gorge glissa comme un animal tué le long du corps de Victoire. Lys le chassa d'une main rapide, qui glissa sur le ventre à Victoire. Lys pressa un peu plus son torse brûlant de désir contre celui de Victoire, ses mains s'emparant du visage de Victoire. Baiser frémissant d'une folie commune, la main droite de Lys revint à la cuisse, substituant au bassin fin la jupe, qui tomba. Le baiser quitta les lèvres de Victoire, sillonant sur le lèvre inférieure une dernière fois, et s'imposa sous le menton, Lys obligeant victoire à relever son visage vers le ciel. Sa langue pointa, pâle, traçant un fin sillon humide, où il déposa un baiser furtif. Ses mains remontèrent des cuisses, fins oiseaux au talent de peintre, délicats et harmonieux, glissant avec douceur sur la peau d'albâtre de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoire Weasley
Gryffondor
Gryffondor
avatar


Messages : 1337
Popularité : 757
Date d'inscription : 04/09/2010
Localisation : Quelque part... Dans le noir... Perdue ?
Avatar : Blake Lively

+ Me, Myself and I __
Force Magique:
Gallions:
1200/10000  (1200/10000)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Even if I love you? [feat Victoire]   Jeu 9 Juin - 19:30


    Lorsque le t-shirt lui passa par-dessus la tête, Lysander gloussa avant de renverser les rôles (et Victoire, par la même occasion). La jeune fille se retrouva sous Lys, un peu surprise par ce revirement de situation plutôt rapide, et sourit avant d’embrasser le Serpentard. Elle se retrouva plaquée au sol avec, comme vue magnifique, le torse de son amant. Torse nu et pâle, délicieusement brûlant. Elle fixa ses yeux dans ceux, tout aussi bleus, de Lysander et ne put louper son regard rieur. Elle lui tira la langue, à peine, avant d’éclater de rire.

    Je t'en prie... tu veux vraiment?

    Je te retourne la question. Depuis quand tu doutes ?

    Victoire lui tira un peu la langue et reposa ses lèvres sur celles de Lysander. Mais il n’écoutait pas vraiment, il s’en fichait un peu de la réponse, aussi, car il avait déjà commencé à détacher on chemisier. Il se redressa et s’assit sur elle, comme elle l’avait fait un peu plus tôt. Elle regarda les mains déboutonner un à un les boutons en souriant. Lys rit un peu lorsque le bruissement du tissu chuta sur le sol. Elle vit Lys fermer les yeux avant de la prendre dans ses bras et elle fit de même. Encore une fois, l’odorat prit le dessus. La peau de Lysander sentait incroyablement bon. Elle sentit ses mains parcourir son dos et dégrafer lentement son soutien-gorge. Elle ne broncha pas, profitant totalement de l’étreinte brûlante mais calme qui régnait pour l’instant.

    Le vêtement glissa lentement sur sa peau maintenant nue et elle se mordilla la lèvre. Lys chassa le vêtement sur le sol avant de se presser contre elle, le corps brûlant du même désir. Ses mains enserrèrent le visage fin de Victoire et le baiser fut aussi brûlant que leur corps. Elle sentit la main de Lysander descendre le long de son corps et la jupe (et donc, logiquement, sa baguette) finit avec les autres habits, plus loin. Leurs lèvres se séparèrent et elle sentit la bouche du Serpentard descendre dans son cou, sous son menton plus précisément, la forçant à renverser la tête en arrière, offrant entièrement sa gorge à la folie de son amant. Pas que ça la gêne, hein.

    Tandis que sa langue caressait la peau fine de la jeune femme, ses mains remontaient le long de ses cuisses et la respiration de Victoire s’accéléra distinctement. Elle entrelaça ses doigts avec les cheveux blonds et enroula ses jambes autour des hanches de Lysander, le forçant à remonter vers elle. Victoire profita de cet instant pour basculer, faisant passer Lys en dessous d’elle. Avec un sourire, elle pressa ses lèvres sur celles du Serpentard et laissa ses mains glisser sur le ventre plat, jusqu’à la fermeture éclair du jean, qu’elle descendit. Le jean finit bien entendu avec les autres habits et les deux jeunes gens se retrouvèrent presque nus, l’un contre l’autre, emplis d’un désir commun.

    Ses doigts glissèrent jusqu’à l’aine de Lysander, effleurant à peine la peau fine et sensible. Son désir monta encore d’un cran lorsqu’elle vit les frissons parcourir tout le corps de Lys. Sa langue jouait à éviter celle du jeune homme et elle vit avec satisfaction que cela l’énervait au plus haut point, de ne pas avoir un baiser. Elle ne voulait pas se lancer en premier et savait que, avec son tempérament dominant, Lysander reprendrait le dessus pour la suite des opérations même si Victoire avait prévu de s’occuper de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Even if I love you? [feat Victoire]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Even if I love you? [feat Victoire]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hey mister love, mister big love, big love. • Feat. Derek T. Elder
» Potin ou pomme de terre ? | Feat Victoire Weasley [Abandonné]
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» Viens voir Victoire (Elle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwart's Devil :: Autre :: Les archives-