Partagez | 
 

 I'm a single lady, single lady, single ladies!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lysander Scamander
Serpentard
Serpentard
avatar


Messages : 57
Popularité : 37
Date d'inscription : 26/05/2011
Localisation : Perdu.
Avatar : Jesse McCartney

MessageSujet: I'm a single lady, single lady, single ladies!   Ven 27 Mai - 15:14

I'm a single lady!

Mon rire se répercuta avec force dans le boyau des Serpentards. Certains élèves se retournèrent vers moi, et comprenant que j'étais désormais au centre des attentions de tous, je rejetais la mâchoire en arrière, arrogant.

« Now put your hands up
Up in the club, we just broke up
I’m doing my own little thing
Decided to dip but now you wanna trip
Cuz another brother noticed me
I’m up on him, he up on me
dont pay him any attention
cried my tears, for three good years
Ya can’t be mad at me

Cause if you liked it then you should have put a ring on it
If you liked it then you shoulda put a ring on it
Don’t be mad once you see that want it
If you liked it then you shoulda put a ring on it
Oh

(Chorus)
I got gloss on my lips, a man on my hips
Got me tighter than my Dereon jeans
acting up, drink in my cup
I could care less what you think
I need no permission, did I mention
Dont pay him any attention
Cause you had your turn
But now you gonna learn
What it really feels like to miss me

(Chorus)

Don’t treat me to the things of this world
I’m not that kind of girl
Your love is what I prefer, what I deserve
He’s a man that makes me then takes me
And delivers me to a destiny, to infinity and beyond
Pull me into your arms
Say I’m the one you own
If you don’t, you’ll be alone
And like a ghost I’ll be gone

All the single ladies
Now put your hands up! »


La plupart des Serpentards étaient absolument hilares. Pour conclure mon imitation débile, me rentrais le ventre en bombant le torse, entrouvrant mes lèvres et passais mes mains le long de mon corps, se stoppant près du pli inguinal. Des mecs de septièmes sifflèrent, et ravi de mon effet, je laissais des garçons glisser le long de mon corps, habillés de cuir. Puis finalement, s'éteignirent la folie de mon délire sur I'm a single lady, et certains m'interpellèrent.
« Lys? Tu jouais à quoi, là? »
« A imiter Lorcan Scamander. »
Des filles explosèrent de rire, et une, plus audacieuse se leva pour ébourrifer mes cheveux blonds. Je lui retournais un sourire charmeur, lorsqu'une présence derrière moi laissa mon sourire glisser lentement. Sans me retourner, je levais les doigts à mes lèvres.
« Mlle Rosier, je sais ce que vous allez me dire. Que nous avions un devoir à faire ensemble... »
Je me retournais, et plongeais mon regard sur le demoiselle d'une beauté ravageuse. Elle n'avait pas l'air très contente. Woups. Rires.
« Que diriez en compensation d'un tendre baiser de prince charmant que je suis? »
Blaise, assis à la table à côté de nous, explosa de rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callista E. Rosier
Serpentard
Serpentard
avatar


Messages : 533
Popularité : 164
Date d'inscription : 11/05/2011
Localisation : Dans les méandres de son âme.
Avatar : Dianna Agron

+ Me, Myself and I __
Force Magique:
Gallions:
5200/10000  (5200/10000)
Inventaire:

MessageSujet: Re: I'm a single lady, single lady, single ladies!   Ven 27 Mai - 18:09


    La tête posée sur les genoux de Stefan, j'étais sereine. J'aimais passer du temps avec elle. Elle était la femme que j'aimais, la première pour qui j'éprouvais de réels sentiments. Nous nous trouvions dans le parc, pour être tranquilles et juste passer un moment ensembles. La fin d'après-midi arrivait, et le soleil tapait moins fort. Le vent soufflait légèrement et la température oscillait entre le chaud et le tiède. L'idéel. Mais j'allais devoir écourter ce moment : je devais retrouver Lysander Scamander dans la Salle Commune pour que nous travaillons notre devoir de DCFM en binôme que nous avait imposé le professeur Halbermond. Non, mais quelle idée de me mettre avec lui. Plutôt que de me remettre à soupirer à cette pensée, je me levais, puis me penchais pour embrasser tendrement Stefan.

    - A ce soir.

    Et je partis vers le château. En chemin, je croisais Susan que je saluais. Ma petite-amie m'avait dit qu'elles devaient se retrouver. J'étais rassurée de la savoir dans les mains de Susy, plutôt que seule. Je pouvais aller sereine à ma rencontre avec le Diable.

    Je n'avais jamais vraiment parlé à Lysander. Nous nous avions déjà quelques mots dans la Salle Commune, je connaissais son nom, mais rien de plus. Nous n'étions que de simples connaissances. Pourtant, sa réputation le précédait. Il se racontait qu'il était fou, tout comme son frère Lorcan d'ailleurs. Je ne prêtais guère aux rumeurs et autres ragots : je préférais constater de mes propres yeux. Seulement pour l'avoir déjà vu faire, je savais qu'il était imprévisible et instable.

    Je me forçais à calmer les battements de mon coeur : je n'avais tout de même pas peur? Je me ressaisis et mon masque impassible vint prendre place sur mon visage alors que je pénétrais dans la Salle Commune. J'eus le plaisir d'assister à toute la scène dont nous gratifia Lysander. Je vis les élèves éclater de rire à la fin, mais le pire fut les filles gloussantes. Ce que ces dindes pouvaient m'énerver.


    - Lys? Tu jouais à quoi, là?
    - A imiter Lorcan Scamander.

    Je levais un sourcil. « Ah oui...? » C'était donc ça le respect des jumeaux Scamander? Je m'approchais, sans prononcer un mot, de Lysander, qui me tournait le dos. Son sourire, charmeur auparavant, semble se faner et il leva un doigt à ses lèvres.

    Mlle Rosier, je sais ce que vous allez me dire. Que nous avions un devoir à faire ensemble...

    Non, tu crois? Tu viens de m'apprendre quelque chose, là, Scamander! Un regard noir en se direction fut ma seule réponse. Si je ne tenais pas autant à avoir une bonne réponse, ne supportant pas d'être mauvaise en classe et tenant à ma réputation d'excellente élève, je ne serais pas venu. J'étais bien mieux avec Stefan. Quand je pense que je suis là, avec cet idiot, au lieu de me trouver dans les bras de ma petite-amie.

    « Que diriez en compensation d'un tendre baiser de prince charmant que je suis? »

    Pardon? Un abruti se mit à rire juste à côté de nous. Le regard glacial, digne d'une vrai Rosier, que je lui lançais lui cloua immédiatement le bec. Puis je reportais mon attention sur Lysander. Il s'y croyait? Il pensait réellement qu'il était irrésistible? J'étais sincèrement -ou pas- désolée, mais j'allais devoir casser ses petits rêves.

    - Vas voir ailleurs si j'y suis et comptes la dessus. On en reparlera dans un siècle ou deux.

    Après ses brèves paroles emplies d'amour, je m'asseyais à la table qu'il occupait et sortis mes affaires de cours, ainsi que les livres que j'avais emprunté à la bibliothèque.

    - Tu attends quoi Scamander? Le déluge? J'ai pas que ça à faire, alors bouge ton cul.

    J'évitais d'être vulgaire d'habitude, mais il m'énervait vraiment. Il ne pouvait pas comprendre que le monde ne tournait pas qu'autours de lui?


Dernière édition par Callista E. Rosier le Ven 3 Juin - 14:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysander Scamander
Serpentard
Serpentard
avatar


Messages : 57
Popularité : 37
Date d'inscription : 26/05/2011
Localisation : Perdu.
Avatar : Jesse McCartney

MessageSujet: Re: I'm a single lady, single lady, single ladies!   Ven 27 Mai - 18:47

Blaise faillit mourir de rire (en silence), face au réponse de la jeune femme. Stupéfait, Lys laissa retomber son sourire de façade. Outch! Voilà une fille qui lui plaisait! Très loin de ce qu'il pensait d'elle, elle en se révélait pas la blondasse dénuée de caractère. Trop agressive, certes. Lysander ne supportait pas la violence gratuite (et c'était à lui de dire ça, quelle ironie...)
Le jeune homme resta une seconde immobile, puis souple, contourna le canapé émeraude et d'une flexion puissante, se propulsa dessus, avec suffisamment de légereté pour ne pas déranger la demoiselle ayant établie résidence dessus. Il posa son bras sur le rembourrage, et retint un sourire moqueur. Persifleuse...
Pendant une seconde, le sang de Victoire coula dans son esprit. Blonde...

« Tu voulais voir quoi déjà? Le devoir de DCFM? »

Sa voix s'était faite beaucoup plus grave. Plus concentrée. Ses yeux plissés se posèrent sur le livre que tenait la Salazarienne, et il porta la main à ses cheveux, tordant ses propres mèches. Lorcan l'avait méchamment énervé tout à l'heure. Et ce devant des Serpentards. Son petit frère avait eu la malveillance de lui rappeller qu'il n'avait pas pris ses médocs. Tu sais quoi Lorcan? Je vais t'étripper. Comme j'ai ouvert Victoire, dans la salle d'eau. Et je te jure que ton sang va se mêler aux spirales des vapeurs de ton souffle agonisant, baby.

Pendant une seconde, Lysander fut très calme, très froid. Puis Callista posa ses yeux sur lui, et son corps réagit instinctivement par un sourire. A ce mimique, son cerveau le rappella à l'ordre, et il cilla.

« Je pensais à un truc... désolé. Pour le devoir, c'est bien sur les Impardonnables. Lequel choisirais tu si tu devais l'utilser, et pourquoi? C'est bien la consigne non? »

Pleur et pleur, le papillon dans la nuit. La lame tombe, la bougie hurle, enflamme, le feu réduit mone sprit à l'image d'une photo cramée. EJ hurle de toute la force de ma gorge, mais c'est trop tard, mon petit frère brûle.

« Je pense que j'utiliserais l'Impero. »

Le hurlement d'Angela lorsque Lorcan lève sa baguette. Ses ongles qui ruissèlent de sang, sa gorge qui s'ouvre sous ses propres doigts. Et Lorcan, debout dans l'ombre, qui la terrasse par l'Impardonnable. Albus Potter, au sol, déchiré par l'Endoloris. La douleur qu'il avait eu devant lui ce jour là l'avait angoissé. Il ne supportait plus ce flux de souvenir. Lui reniait la folie pour accepter la souffrance. Entre Scamander et Lovegood, le pas était bref. Il suffisait de grandir dans une famille de fous pour se rendre compte que l'arme la plus puissante était la peur. Il suffisait de savoir faire peur à l'autre. Et ainsi on dominait. Il avait fait peur à Victoire. Il l'avait embrassé, l'avait fait glissé dans ses bras.
Puis, il l'avait découpée. C'était drôle.
Nan sérieux, il devait prendre des médicaments, sinon il allait laisser les pulsions de fou le reprendre. Réfléchissons. Se concentrer sur la réalité, refuser l'indomptable, refuser l'irréfutable. Et dès lors, devenir Lorcan. Lorcan, lui était entièrement dévoué à la fatalité. Alors que lui se battait. C'était étrange.
Victoire qui descend des marches, lors du Bal. elle était superbe. Lui qui s'envoie en l'air avec plusieurs filles depuis. La frustration, le syndrome de castration.
Que ressentait il, finalement? La colère d'avoir perdu ce qu'il aimait? La colère d'avoir perdu son frère, sa soeur, et son amour. Il soupira.

« Imposer sa volonté. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callista E. Rosier
Serpentard
Serpentard
avatar


Messages : 533
Popularité : 164
Date d'inscription : 11/05/2011
Localisation : Dans les méandres de son âme.
Avatar : Dianna Agron

+ Me, Myself and I __
Force Magique:
Gallions:
5200/10000  (5200/10000)
Inventaire:

MessageSujet: Re: I'm a single lady, single lady, single ladies!   Dim 29 Mai - 13:44


    Je vis, avec satisfaction, son sourire disparaître de son visage. Mais malheureusement pour il réapparut aussi vite. Je le vis essayer de faire son impressionnant, mais je ne cillais guère et revint à mes livres. Me débarrasser de ce devoir au plus vite était tout ce qui comptait.

    - Tu voulais voir quoi déjà ? Le devoir de DCFM ?

    Je soupirais intérieurement et laissais tomber ma tête dans mes mains. Mais qui m’avait collé un abruti pareil ? Je maudis Halbermond et ses idées stupides. « Je t’en supplie Scamander, dis-moi que tu n’as pas oublié... » Alors que je reportais mon attention sur lui, je le vis partie dans ses pensée. Son attitude et son regard étaient froids, mais d’une froideur vengeresse. Il aurait pu m’effrayer -je l’admet- si il ne m’arrivait pas la même chose par moment. Mais ce n’était pas le moment d’y penser. Il sembla en venir à la même, puisque, remarquant mon regard, il me fit un sourire charmeur. Je levais les yeux aux ciels. Il était exaspérant, agaçant même.

    - Je pensais à un truc... désolé. Pour le devoir, c'est bien sur les Impardonnables. Lequel choisirais-tu si tu devais l'utiliser, et pourquoi? C'est bien la consigne non?

    J’aurais pu m’énerver de ces questions, stupides, mais sa voix m’arrêta. Elle était différente. Plus basse, presque un murmure à la fin de la phrase. Je regardai Lysander. Le regard vide, les lèvres entrouvertes. Souvenir. Sans aucun doute. Mais lequel ?

    - Je pense que j'utiliserais l'Impero.

    « Tais-toi.» Ne me parle pas d’Impero. Ne prononce même pas ce mot. Mais c’est trop tard. Les images devant mes yeux. La crypte. La pénombre. Les chandelles. L’autel. Son corps... Nu. Mutilé. Le poignard. Ses yeux. Larmoyants. Vides. Terrifiés. Mon propre regard. Fou. Et lui. Dans l’ombre. Admirant son œuvre. De nouveau le poignard. Son cœur.

    - Imposer sa volonté.
    - NON !

    J’avais hurlé au milieu de la Salle Commune. Tous les regards étaient braqués sur moi. Mais rien ne m’importait. Une crise arrivait. Ma main droite, crispée sur l’un des livres, à l’en briser. La gauche, fermée, serrée, les ongles entrant dans ma paume. Inspiration. Expiration. Inspiration. Expiration. Fermer les yeux. Se calmer. Mon corps se détendit, légèrement, mais assez pour que je reprenne le contrôle. Je levais les yeux et fixais mon regard dans celui de Scamander. Aucune émotion.

    - Le Doloris. Infliger la souffrance. Jusqu’à la mort.

    Le faire souffrir. Belle idée. Un sourire narquois vont orner mes lèvres. Je retourne à l’étude du livre qui se trouve sous mes yeux. Ma main droite le lâche. Celle de gauche se détend. En sang. Mes ongles m’ont ouverte. Profondément. Faire comme si de rien n’était. Ignorer la douleur. Hors de question de montrer ma faiblesse.



Dernière édition par Callista E. Rosier le Ven 3 Juin - 14:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysander Scamander
Serpentard
Serpentard
avatar


Messages : 57
Popularité : 37
Date d'inscription : 26/05/2011
Localisation : Perdu.
Avatar : Jesse McCartney

MessageSujet: Re: I'm a single lady, single lady, single ladies!   Lun 30 Mai - 19:15

La colère soudaine, imprévue, fit ciller le jeune homme blond. Tous s'étaient retournés vers eux deux. Lys restait immobile, fixant la jeune femme. Une terrible aura s'élevait autour du canapé émeraude, comme les ayant emprisonné de sa folie, les renfermant loin du monde, dans une athmosphère qu'eux seuls auraient pût, peut être comprendre. La colère? Quelle colère, lorsque l'incompréhension régnait.
Les yeux du jeune homme étaient concentrés sur les pupilles cristallines de la Salazarienne. Elle avait incroyablement relevé son échine, comme un serpent se détendant d'un coup, sous son accès de rage. La peau de son front blanc s'était voilé d'une fine pellicule de sueur transparente. Lysander cilla. Il l'avait fait sortir de rage, rien que par la parole. Belle position, Lysander. Et maintenant? Susurrait son esprit, machiavélique. Il retint un soupir de frustration. Finalement, tout s'éclatait sous le jour. Combien étaient ils à avoir pratiqués ces jeux dangereux? Combien d'élèves, parmi d'autres innocentes, marchaient dans les couloirs, en souriant, en parlant de la tête des profs... alors qu'ils avaient l'esprit souillé par une rebellion interdite? Combien à Poudlard, en ce soir même, avaient déjà prononcés les Impardonnables? Maitriser. Imposer la douleur. Tuer. Combien? Les pupilles dilatées par cette découverte, Lysander ressentit vaguement quelque chose au fond de son ventre. Il ne parvenait pas à comprendre l'origine de cet étrange malaise.
Lentement, sans chercher à croiser le regard de qui que ce soit, il prit délicement le livre d'entre les mains de Callista, la gorge sèche, et laissa un tendre sourire courir ses lèvres. Lui souriait, tout le temps, pour se protéger. Et pour attaquer.

« Tu l'as fais aussi? L'Impero. »

Merde. Il avait pas put s'en empêcher, hein? Idiot. « aussi ». Il s'impliquait donc. Mais s'il ne l'avouait pas, la jeune fille se retrancherait, et resterait silencieuse sur les secrets de son passé. Que se cachait-il au fond des beaux yeux Rosier? Qu'avait elle fait, elle aussi? Avait elle vu le sang couler, tâcher ses vêtements... sentit son corps plier sous la volonté totalement dingue de son esprit sadique? Chaque volonté sombre était dans le corps de chacun. Tout le monde pouvait en quelques secondes devenir un monstre. Sauf que lui, quelque part, il avait une excuse... il était descendant d'une famille de fous-furieux. Mais qui était cette demoiselle à lapeau blanche, à la gueule d'ange? Il retint un ricanement. Combien étaient ils tous? Depuis Lord Voldemord... depuis Hitler... jusqu'au quel autre tyran?

« J'ai vu, et laissé pratiqué un Impardonnable. Je n'ai pas agi. »

En fait, deux. Endoloris. Angela. Et Impero. De Lorcan. Ces deux cinglés de la pire espèce qui se considéraient comme supérieurs, comme incompris, comme souffrants... qu'ils aillent crever, ces deux pourritures de faschistes. Ils avaient dépassés le seuil de l'innocence en s'unissant dans la folie meurtrière. Faire mal à l'autre. Ah, ça oui, bien sûr! Tout le monde pense que les Serpentards sont de gros méchants, hein? Ah ouais. Sauf que son petit con de frère avait failli tuer Angela Stevenson. Gros abrutis qu'ils étaient tous, finalement.
Lysander inspira, pour calmer son énervement. Personne n'écoutait. Peut être que ces aveux étaient trop rapides. Il ne connaissait pas Callista, mais il avait ressenti ce quelques chose dans les yeux. Pas la terreur du torturé. L'effroi du torturant. Etait elle coupable? Il ne le savait pas, il s'en doutait. Ses minces paupières se plissèrent, et il tourna sèchement les pages du livre.

« C'était qui pour toi, celui qui a lancé l'Impardonnable? »

Il ne dirait jamais que c'était Lorcan tant qu'il n'aurait pas trouvé quelqu'un qui le comprendrait. Et soudain, il se rendit compte qu'il savait quel était cette boule dans son ventre, et plus sur ses épaules, lourde, énorme: finalement agréable.
C'était le soulagement, la compréhension.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callista E. Rosier
Serpentard
Serpentard
avatar


Messages : 533
Popularité : 164
Date d'inscription : 11/05/2011
Localisation : Dans les méandres de son âme.
Avatar : Dianna Agron

+ Me, Myself and I __
Force Magique:
Gallions:
5200/10000  (5200/10000)
Inventaire:

MessageSujet: Re: I'm a single lady, single lady, single ladies!   Jeu 2 Juin - 15:28


    Lysander me prit le livre des mains, doucement, presque tendrement et sourit. Pourquoi souriait-il ? Comment arrivait-il à sourire alors que mes pensées étaient si noires, si morbides. Je ne sentais plus mon corps. J’avais l’impression d’être dans un cocon, l’esprit embrumé, dérivant entre mes souvenirs et la réalité. A ce moment-là, j’étais totalement malléable, telle une poupée que l’on pourrait manipuler à souhait.

    -Tu l’as fais aussi ? L’Impero.

    Je tournais mon regard vide vers lui, mais réagis à sa phrase. Comment.. ?! Comment pouvait-il imaginer une seconde que j’ai déjà lancé ce sort ?! Pas après ça... Pas après ce soir-là... Pas après sa mort. Je pris une grande inspiration pour tenter de me détendre. Peine perdu : j’étais complètement crispée. Un mot retint mon attention. « Aussi » ? Mais qu’avait donc pu faire Scamander ?

    - Non. Jamais.
    - J'ai vu, et laissé pratiqué un Impardonnable. Je n'ai pas agi.

    « Vu et laissé pratiquer » ? « Pas agi » ? Mais comment Lysander pouvait-il encore se contempler dans une glace ? Moi-même, je ne pouvais me voir sans me détester, sans me haïr au plus profond de mon être. Et pourtant, je n’avais pas lancé ce sort. Je n’étais pas « responsable », me répétait-on. Mais comment ne pas me sentir responsable ? C’était moi qui avais enfoncé ce poignard, moi qui l’avais tué. C’était moi, et moi seule... J’étais une tueuse, une meurtrière. Un monstre...

    - C'était qui pour toi, celui qui a lancé l'Impardonnable?
    - Mon père... Sur moi... A neuf ans...

    En avais-je trop dit ? Je n’en avais aucune idée. Je savais juste que je n’avais jamais rien dit à personne et que cela me pesait, tous les jours, depuis sept ans... A cette époque, je n’étais pas en âge de comprendre, disait-on. Mais, moi, j’avais très bien compris. Mon père m’avais jeté un Impardonnable, l’Impero. Un sort interdit. Sur moi, sa fille. Et il n’en avait éprouvé aucun remord. Et il m’avait ordonné de faire ça... Cet acte. Ignoble, dégoûtant, monstrueux... Et j’avais obéis, tel un pantin. Je n’avais pas su résister. Ses cris, à elle, ne m’avait pas arrêtée. Replongée de nouveau dans mes souvenirs, je peinais à en sortir. C’est alors que je remarquais que je suffoquais. Ma cage thoracique était comme bloqué et je ne pouvais plus respirer. Par réflexe, ma main attrapa le bras de Lysander et je serrais, comme si c’était une bouée de secours. Mes efforts pour faire rentrer l’air dans mes poumons étaient vains et je commençais lentement, mais sûrement, à voir complètement trouble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysander Scamander
Serpentard
Serpentard
avatar


Messages : 57
Popularité : 37
Date d'inscription : 26/05/2011
Localisation : Perdu.
Avatar : Jesse McCartney

MessageSujet: Re: I'm a single lady, single lady, single ladies!   Mar 7 Juin - 15:57

La révélation de Callista bouleversa le Serpentard qui posa à son tour la main sur celle de Calli.

« C'est dégueulasse de sa part, Calli. »

Peut être qu'elle le protégerait? Peut être qu'elle ressentirait, ou ressentait assez d'amour envers son père pour se rebeller contre ses dires? Lysander haussa les épaules.

« Tu sais... j'ai toujours été persuadé, qu'étant né en premier, j'étais le grand frère. Que, par conséquent, ce serait à moi de faire les plus grandes, les plus grosses conneries. Que c'était moi qui devait servir de modèle envers mon jumeau. Sauf que c'est Lorcan qui a jeté l'Impardonnable. »

Il avait tourné son visage vers la carcasse de Blaise, en face, qui avait tourné son visage séduisant vers eux. Il le fixa, et Blaise géné, baissa les yeux sur son devoir, qu'il continua. Lysander cilla.

« Je ne sais pas si je lui en veux. Il a brisé ma vie. Mais je n'arrive pas à comprendre... »

Lys plissa ses yeux bleus, et lâcha doucement la main de Calli.

« Brisé ma vie? J'entends... je hais mon frère, j'en veux à Angela, et j'ai perdu la fille que j'aime. Alors, même si on a pas le même parcours... si tu veux parler, je suis sûr que je peux t'écouter. »

Il lui sourit, et récupéra le livre de DCFM, fermement décidé à ne pas laisser pointer ses sentiments sur son visage. Hors de question qu'il sorte de ses gonds, ou pire, se mette à chialer. De un, ce serait ridiculisant. Il inspira profondément.

« Mais si tu devais en vouloir à quelqu'un... ne t'en veux pas. Je suppose que ce n'était pas de ta faute. »

Pourquoi disait-il cela? Peut être parce que lui il s'en voulait énormément? Parce qu'il avait été en mesure de se battre, parce qu'il avait pût, s'il l'avait souhaité, bondir sur Lorcan, l'obliger à lacher sa baguette, et l'empêcher de jeter ce maudit sort?

« Tant que tu peux agir, agis. »

Il soupira.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callista E. Rosier
Serpentard
Serpentard
avatar


Messages : 533
Popularité : 164
Date d'inscription : 11/05/2011
Localisation : Dans les méandres de son âme.
Avatar : Dianna Agron

+ Me, Myself and I __
Force Magique:
Gallions:
5200/10000  (5200/10000)
Inventaire:

MessageSujet: Re: I'm a single lady, single lady, single ladies!   Mer 8 Juin - 17:56


    Je sentis la main de Lysander se poser sur mon bras et cela me calma, tout en me ramenant à la réalité. J’avais l’impression d’en avoir trop dit, de m’être dévoilé jusqu’au plus profond de mon être. Et pourtant, seul la surface avait été effleurée du bout des doigts, la noirceur de ces événements passées restant encore enfouis en moi, aux tréfonds de mon âme.

    - C’est dégueulasse de sa part, Calli.

    Dégueulasse était un faible mot. Mais prononcer un mot me semblait au-dessus de mes forces. Je pliais mes jambes et les ramenaient contre moi, entourant de mes bras et posant ma tête sur mes genoux. Mon regard était fixé sur un point du mur en face, tout au bout de la salle commune.

    - Tu sais... j'ai toujours été persuadé, qu'étant né en premier, j'étais le grand frère. Que, par conséquent, ce serait à moi de faire les plus grandes, les plus grosses conneries. Que c'était moi qui devais servir de modèle envers mon jumeau. Sauf que c'est Lorcan qui a jeté l'Impardonnable.

    Pas même un sursaut ne parcourut mon corps. Rien. Lorcan avait jeté un Impardonnable. Alors les Gryffondors n’étaient pas si purs finalement. Eux aussi pouvaient devenir de vrais monstres. Jeter un Impardonnable... Cela pouvait paraître si doux, si tentant. Mais dès qu’on le vit, on en voit le côté sombre. La souffrance. Une souffrance que l’on n’oublie jamais.

    - Je ne sais pas si je lui en veux. Il a brisé ma vie. Mais je n'arrive pas à comprendre...  Brisé ma vie? J'entends... je hais mon frère, j'en veux à Angela, et j'ai perdu la fille que j'aime. Alors, même si on a pas le même parcours... si tu veux parler, je suis sûr que je peux t'écouter.

    Il avait lâché ma main. Je n’acceptais pas ce fait. J’avais besoin de sentir une chaleur humaine, sinon j’allais partir. Alors je repris sa main et la serrait. Ce simple contact me permettait de garder les pieds sur terre. Il prit le livre de DCFM, l'ouvrit et sembla plonger dans sa contemplation. Il voulait pleurer. Je le savais pour avoir souvent utiliser cette tactique pour garder les yeux secs. Fixer un point, se concentrer sur autre chose. Même si nos pensées retournent forcément vers ce qui nous fait souffrir. Je l'entendis inspirer. Oui. Un autre geste synonyme de ce cas. Inspirer, retenir sa respiration, la bloquer, relâcher le tout en douceur. Et aucune larme ne vient. Je tournais mon regard vers lui, regard intense et chargé d'émotions. Pouvait-il me comprendre?

    - Mais si tu devais en vouloir à quelqu'un... ne t'en veux pas. Je suppose que ce n'était pas de ta faute. Tant que tu peux agir, agis.

    Agir? Comment agir quand votre corps est pétrifié? Comment agir quand vous sentez la lourdeur de vos membres? Comment agir alors que vous avez l'impression de ne plus avoir d'âme? Comment agir alors que vous êtes brisés? Je me voyais telle une poupée, un automate, qui accomplissait les gestes de tous les jours, sans raisons, ni réflexions. Je n'étais jamais sortie de la crypte, j'y étais resté, avec elle. Pour l'éternité.

    - C'est ma faute Lysander. Ce n'est que ma faute. Ma voix n'était plus qu'un murmure, rauque, cassé. C'est moi qui ait abaissé le poignard. C'est moi qui lui ait transpercé le cœur. Ses cris ne m'ont pas ému, j'étais vide. Je ne ressentais rien. Alors qu'elle était là, juste devant moi, nue et mutilée. Mais rien ne me traversait l'esprit, rien à part que je devais la tuer. Et je l'ai fait. Je suis montée sur cet autel et je l'ai tuée.

    A présent, je ne retenais plus les larmes. Elles coulaient en abondance sur mes joues, ma nuque, ma poitrine. Les souvenirs étaient omniprésents. Et je souffrais. Mais au fond de moi, je trouvais un dernier souffle de force qui me permit de terminer ce récit, la première fois que je racontais les évènements de cette nuit-là.

    - C'était ma jumelle Lysander. Ma moitié...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysander Scamander
Serpentard
Serpentard
avatar


Messages : 57
Popularité : 37
Date d'inscription : 26/05/2011
Localisation : Perdu.
Avatar : Jesse McCartney

MessageSujet: Re: I'm a single lady, single lady, single ladies!   Mer 8 Juin - 18:31

« C'est ma faute Lysander. Ce n'est que ma faute. Ma voix n'était plus qu'un murmure, rauque, cassé. C'est moi qui ait abaissé le poignard. C'est moi qui lui ait transpercé le cœur. Ses cris ne m'ont pas ému, j'étais vide. Je ne ressentais rien. Alors qu'elle était là, juste devant moi, nue et mutilée. Mais rien ne me traversait l'esprit, rien à part que je devais la tuer. Et je l'ai fait. Je suis montée sur cet autel et je l'ai tuée. »

La poitrine de Lysander s'était compressé, son coeur devenant douloureux. Le choix de la victime se rétrecissait à vue d'oeil, en vue de l'émotion terrible qui hurlait dans la voix brisée de la demoiselle blonde. Elle avait récupéré sa main, et dans un autre cas, Lysander aurait pût en sourire. Mais les pleurs qui s'écoulèrent des yeux magnifiques de la jeune fille lui ôta toute envie de se moquer. Il ne voulait pas, soudainement, entendre qui elle avait tuée. Son histoire était horrible, horrible. Il voulait se boucher les oreilles, mais sa main était bloquée par celle qui allait le terrasser d'une seule phrase.


« C'était ma jumelle, Lysander. Ma moitié... »


Lysander ne respirait plus. Ses yeux fixaient ceux de Callista, avec le seul désir de lui arracher la vérité, d'entendre que tout ceci n'était rien d'autre qu'un horrible mensonge pour le blesser. Le livre était tombé par terre, et Lysander avait l'impression que son corps s'était glacé. La main de Calli semblait brûlante. Il se leva, se dégageant viollement. Non, non, il ne pouvait pas supporter. Qu'en savait elle? Savait elle ce qu'était l'amour des jumeaux? S'aimer! Se protéger! Jusqu'à toujours! Elle mentait, c'était obligatoire! Comment osait elle dire des choses pareilles! Tuer... tuer son jumeau... non, non, c'était trop horrible. Il la fixait, debout en face du canapé, un frisson de terreur et de haine secouant son corps. Comment... osait-elle...

« Je... Lorcan...jamais... »

Sa gorge était nouée. Dans son esprit, la scène de l'autel s'imposait, déchirant le mince bonheur qu'il avait ressenti quelques heures auparavant. Il n'arrêtait pas de se foutre de Lorcan, de chercher à la blesser, à lui faire du mal... mais il y avait un seuil de tolérance qu'il en fallait jamais dépasser... jamais...
Sa poitrine se souleva. Il la fixa. Il avait Lorcan. Encore. Pour très longtemps. Jusqu'à ce que lui meurt. Il n'était pas seul. Lorcan n'était pas sa moitié. Lorcan était un être humain, à part, unique. Mais uniquement pour lui, Lysander. Lorcan était à lui. La cryptophasie, leurs corps, leurs visages... ils n'étaient pas seuls. Alors que Calli était seule. Définitivement.
Un sanglot s'éleva de la gorge de Lysander qui essuya d'un geste furibond les larmes menaçant de couler, et ignorant les regards aux alentours, revint près d'elle, la souleva avec une douceur incomparable, et la serra avec force dans ses bras, serrant son corps contre le sien.

« Je suis désolé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callista E. Rosier
Serpentard
Serpentard
avatar


Messages : 533
Popularité : 164
Date d'inscription : 11/05/2011
Localisation : Dans les méandres de son âme.
Avatar : Dianna Agron

+ Me, Myself and I __
Force Magique:
Gallions:
5200/10000  (5200/10000)
Inventaire:

MessageSujet: Re: I'm a single lady, single lady, single ladies!   Jeu 9 Juin - 11:15


    Les sanglots ne s'arrêtaient plus. Je ne pouvais plus les retenir. Toutes ces années à renfermer ma souffrance au fond de moi, pour qu'elle éclate sans que je ne le prévois, sans que je ne le veuille et au milieu de tous ces serpents avides. La tête collée à mes genoux, les yeux fermés, je pleurais. Je pleurais ma jumelle, je pleurais mon enfance, je pleurais mon innocence, je pleurais le vide de mon âme. Parce que c'était cela le pire. Ne plus la voir à mes côtés, ne plus admirer ses sourires, ne plus entendre son rire. Elle n'illuminait plus mes journées, elle n'était plus là, simplement. Et pourtant, je m'attendais toujours à la voir surgir soudainement, de son rire de clochettes, pour m'entraîner dans une de ses nouvelles blagues. Ma Calypso n'était plus là, mais jamais cette idée ne m'était jamais parvenue. Parce que si j'acceptais le fait qu'elle soit morte, alors c'était accepté le fait que j'étais seule. Et cela me conduirait irrémédiablement à la folie.

    Le livre tomba à terre et Lysander se dégagea violemment de moi. Je levais mon regard emplie de larmes vers lui. Le dégoût, la haine, la peur. Tout se mélangeait dans son regard horrifié. Il pensait que je mentais, son corps parlait pour lui. Un mensonge? Ce serait trop beau. Car si c'était un mensonge, je ne ressentirais pas cette douleur vicieuse en moi. Mais je pouvais comprendre sa réaction. Il avait un jumeau. Il avait un être, sur cette terre, qui jamais ne l'abandonnerait, avec qui il sera toute sa vie. Les colères, les disputes, les insultes... Tout cela n'était rien comparé à l'amour que ce portait les jumeaux. Dès que l'un était blessé, l'autre accourait. Dès que l'un était triste, l'autre le ressentait. La protection mutuelle, l'amour plus fort que la mort. Tout cela, je l'avais perdu. A jamais. C'était moi qui l'avait tué. J'avais commis cet acte immonde, répugnant. Je le ressentais jusqu'au fond de mes entrailles. Et cette marque resterait indélébile, sur mon corps pour l'éternité.

    Un sanglot s'échappa de la gorge de Lysander. Il pleurait? Avait-il imaginer, un bref instant, cette douleur? Non. On ne pouvait l'imaginer. Quelqu'un possédant un jumeau ne pouvait essayer d'imaginer quelque chose d'aussi horrible. Pensait-il à la perte de Lorcan? Avait-il conscience de ma solitude? Je n'avais aucune réponse à ces questions. Je voulais juste reprendre pied. Mais mes pleurs, mes souvenirs... Tout cela m'empêchait de revenir à la réalité. Et puis le Serpentard eut un geste qui me surpris. Il me souleva pour me serrer dans ses bras. Il était doux, tendre. Les regards autour de nous se faisaient étonnés, les murmures plus forts. Mais rien ne m'importait. Je me laissais aller contre Lysander, crispant mes mains sur son t-shirt, essayant d'endiguer le flot de larmes.


    - Je suis désolé.
    - Tu n'as pas à l'être. Ce n'est pas de ta faute.

    Etait-il désolée pour moi? Je ne voulais pas. Je ne voulais pas de sa compassion, de sa pitié. Ce que je voulais, c'était ma jumelle, ma Calypso. Mais c'était impossible. Car jamais plus je ne le reverrais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callista E. Rosier
Serpentard
Serpentard
avatar


Messages : 533
Popularité : 164
Date d'inscription : 11/05/2011
Localisation : Dans les méandres de son âme.
Avatar : Dianna Agron

+ Me, Myself and I __
Force Magique:
Gallions:
5200/10000  (5200/10000)
Inventaire:

MessageSujet: Re: I'm a single lady, single lady, single ladies!   Dim 12 Juin - 16:26

RP terminé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I'm a single lady, single lady, single ladies!   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm a single lady, single lady, single ladies!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A Single Man
» Love is composed of a single soul inhabiting two bodies [Erevu]
» The Lady
» LADY MASTERMIND ♠ Whatever Gets The Job Done [Fiche Terminée]
» Lady canichette Toy 12 ans (14) verson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwart's Devil :: Autre :: Les archives-