Partagez | 
 

 Nul part et partout à la fois (libre, je sais, le forum est fermé, mais je m'ennuis...)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jacob Dragonneau
Gryffondor
Gryffondor
avatar


Messages : 975
Popularité : 616
Date d'inscription : 06/12/2009

+ Me, Myself and I __
Force Magique: o9/11
Gallions:
14800/20000  (14800/20000)
Inventaire:

MessageSujet: Nul part et partout à la fois (libre, je sais, le forum est fermé, mais je m'ennuis...)   Mer 26 Oct - 23:35

    Être nul part et partout à la fois. C'est un peu cela la mort. On a plus de coeur. Il nous a lâché. Il n'y a aucun stress. C'est le calme total. J'ignore où je suis. Ni ce que je fais là. Je ne suis pas fatigué. Je ne suis pas en pleine forme. Je ne sens strictement rien. Mes émotions semblent avoir disparut de même que mes nerfs. À vrai dire, je me sens plutôt léger. J'ai même l'impression de flotter dans les airs.
    Je flotte dans les airs.

    J'ai beau me creuser les méninges, je ne comprends rien. Que faut-il comprendre, finalement ? Je suis mort. C'est tout ce qu'il y a à savoir. Durant toute l'existence de l'Homme, on a cherché à savoir ce qu'il y a après la mort. Et après avoir passé la frontière de la vie, je ne suis guère plus avancé qu'eux.

    Sans trop y réfléchir, je pense commencer à comprendre ce qu'il se passe.
    Je suis mort. Ça, j'en suis certain. Mais je ne suis pas un mort ordinaire. Je suis mort dans la souffrance et la peur. Et tout cela à engendre un esprit. J'ai perdu mon corps, mais j'ai conservé le droit ultime de penser. Oui, cela doit être cela.

    Je me promène dans les rues sombre. Les petites routes sont mal construites. Mais qu'importe. Je ne risque pas de trébucher. Je vole... Je flotte. Je peux monté verticalement si je le souhaite... Quel amusement... Quel joie...

    J'aurais dû mourir plus tôt afin de profiter de ce plaisir extrême ! Je devrais peut-être même remercier ma chère petite amie. Pardon... Mon ex petite amie. Je voudrais bien la détester. Je ne le peux pas. Je ne peux pas non plus l'aimer. J'ai l'impression que l'on m'a tout arraché. Sentiments comme émotions. J'ai juste le droit de penser à ce que j'ai perdu.

    Ce qui, autrefois, me troublait, m'horrifiait, m'est totalement égale aujourd'hui. Ce que j'appréciais aussi. Je dédaigne tout plaisir et toute souffrance.

    Que fais-je en ces lieux ? Pourquoi dois-je rester là ? Je voudrais être libérer de cette terre qui n'est plus mienne.

    Mais dans la violence de ma mort, mon fantôme est né. Je suis obligé de traîner un poids, invisible, qui s'accroche à mes deux pieds. Je voudrais m'envoler, jusqu'au ciel afin d'en être libérer, mais quand je monte trop haut, ces chaînes m'en empêche. Et j'ai beau forcé comme un demeuré, cela ne sert à rien. C'est comme s'il y avait un mur invisible qui m'en empêchait. Oui, c'est cela.

    Je repense à Alessandra inévitablement. Je ne sais quoi penser. Lorsque j'étais encore qu'un mortel, je ne lui en aurais pas voulut pour son geste. En me tuant, elle sauvait sa propre vie. C'est tout ce que je voulais.

    Oui mais, à peine suis-je mort qu'elle m'a déjà remplacé. Je l'ai vu avec cette fille... Avec une fille en plus...

    Je n'ai pas perdu ma haine. C'est la seule chose que j'aurais voulut jeter par la fenêtre. Elle serre ma gorge fortement. Je tente de me desserrer de son étreinte, mais en vain. Elle me pourris ma vie... ou plutôt ma mort.

    Je hais. Je déteste. Je n'aime pas. C'est bien là la seule chose que je puisse faire. Quand j'essaie d'agripper un objet, ma main passe à travers. Je suis pâle. Pâle comme un mort. Comme la neige.

    Je flotte un peu jusqu'à l'endroit le plus sombre de la ville. Je ne sais même pas où je suis. Nul part et partout à la fois. Je peux voir ce qu'il se passe à Poudlard comme je peux voir mon père tout chagriné en relisant pour la centième fois ma dernière lettre écrite pour lui. Il doit se faire de belle promesse de me venger. Mais la vengeance n'a aucun goût...

    Je veux me venger d'une seule et unique personne. C'est d'Alessandra que je veux me venger. Elle m'a oublié. Et pourtant, je lui ai laissé un enfant. Elle continue pourtant à vivre comme si de rien était.

    Je suis tout à fait d'accord qu'elle refasse sa vie. Ça me semble assez évident. Le fait qu'elle ai été l'Amour de ma vie ne voulait pas dire que je le sois pour elle. Mais elle aurait pu attendre. Elle a fait son deuil en vingt-quatre heure peut-être ? Ou peut-être qu'elle n'avait pas besoin de le faire puisqu'elle ne m'aimait pas. Oui, ça doit être ça. Elle me détestait.

    Bonne nouvelle, chère Alessandra, c'est réciproque. Tout tes projets tomberont dans le néant. Ton camps perdra. Tu ne mourra pas. Ce serait trop gentil. Ta vie ne sera rien qu'une suite de calamités.

    Je souris.

    Je sors de la pénombre, rassuré par mes pensées sordides.

    J'ai souffert. La souffrance a façonné un nouvel être en moi. Un être intelligent et sans pitié. Sans camp. Mais bourré de haine.

    J'aperçois un visage familier. Je plisse les yeux. Qu'est-ce que cette personne fait là ? Je m'approche tranquillement, comme si de rien était.

    Je voudrais paraître vivant. Je voudrais dire: « Salut ! C'est moi ! En réalité, j'ai survécut ! ». Mais je n'ai fait que conserver les traces de ma torture. J'ai les doigt croche depuis qu'ils sont cassés. J'ai les jambes qui peuvent se retourner à leur guise dans tout les sens. Mais surtout, surtout, j'ai perdu ma langue. Je ne peux plus communiquer.

    Je pourrais évidemment écrire. Mais ce serait terriblement long. D'abord, parce que je ne peux rien agripper. Ensuite, parce que de toute façon, qui me reconnaîtrait ?

    Je pousse un soupir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorcan Scamander
Gryffondor
Gryffondor
avatar


Messages : 191
Popularité : 117
Date d'inscription : 19/04/2011
Localisation : Perdu.
Avatar : Jesse McCartney

+ Me, Myself and I __
Force Magique:
Gallions:
0/0  (0/0)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Nul part et partout à la fois (libre, je sais, le forum est fermé, mais je m'ennuis...)   Sam 29 Oct - 18:16

La neige est terriblement mordante.
Pourquoi ai-je cette rancoeur, envers un Poudlard qui n'a de cesse de se transformer, d'évoluer vers une régression morbide? Je m'en veux, je leur en veux tous, parce qu'ils préfèrent fermer les rideaux et allumer le feu plutôt que de comprendre que l'hiver est là, et qu'il faut l'accepter. Ils refusent tous l'éventualité d'une vérité qui pourrait nous pousser à ouvrir les yeux. C'est juste l'absence terrible des amis disparus, on ne sait où, quelque part, dans la neige.
Je ferme les yeux, et me laisse aller à l'interdit. Il ne faut pas aller là? Il ne faut plus écrire? Il ne faut plus faire ça? Ni ça? Qu'importe, je vous aime, je me demande si je vous en veux, vraiment, si je vous en veux. Vous en voulais-je? Non. J'ai envie de pleurer, de prendre la neige dans mes mains, et de vous la jeter au visage, pour que vous compreniez pourquoi j'ai mal.
Cette solitude est affreuse.
Quelqu'un a pourtant eu un jour l'intelligence de dire: "Il faut dissiper le brouillard." Mais nous sommes maintenant parvenus à un point où il n'y a plus de brouillard, mais juste cette écharpe blanche et nébuleuse qui recouvre le sol et les coeurs dans une ambiance glaciale. Où est passé l'amour que nous entretenions? Où est passé le rire de l'ami brun, le sourire de l'amie blonde, les moqueries du sportif sur son balai, et les bavardages de la Serdaigle jamais à cours d'idées et d'arguments?
Moi je n'en ai plus, d'arguments.
Je marche dans la neige, sans même me rendre compte que je suis pieds nus. Après tout, c'est ça, mon rôle; le fou, le timbré, le cinglé, le p'tit con qui est persuadé d'être meilleur que tout les autres... mais je n'en veux à personne... juste à moi, parce que je croyais être Dieu, et je croyais pouvoir tout réparer. Mais au final, ça a glissé entre mes doigts comme du sable. Je ne m'étais pas rendu compte à quel point j'aimais cet endroit. Cet endroit que je laisse derrière moi. Où suis-je? Où vais-je? Je ne sais pas, je marche à travers la nuit, sans but. Est-ce que c'est ça, perdre l'amitié des gens? Oh, je n'ai pas perdu la confiance en eux, je ne sais pas si c'est réciproque. Mais ... ils sont partis, et je ne les vois plus, à travers toute cette neige qui tombe. Je sais juste que je les aime. Je ne sais pas si je parle, si je modèle des mots en fonction des vibrations de mes cordes vocales, et si je communique, solitaire, à travers la nuit, mais je voudrais qu'ils m'entendent, tous.
Je veux que vous reveniez ici.
Je frotte mes joues rougies par le froid, je relève la tête, regarde un paysage qui terne, me parait bien mièvre sans un Albus Potter sortant en courant d'une échoppe, suivit de près par un Scorpius Malefoy mort de rire, tous les deux, et poursuivit par un marchand furibond. J'aimerais voir Victoire traverser la rue, faisant tourner la tête de tous les garçons sur son passage, j'aimerais voir Marshall et Esméralda, j'aimerais leur tirer la langue, rire, et observer les sacs remplis qu'ils tiendraient amoureusement, peut être plein à craquer d'accessoire de Quidditch. J'aimerais voir passer la rousse Alessandra, lui jeter un vilain regard et m'enfuir en riant, j'aimerais voir mon frère, j'aimerais voir Callista et Taylor rire ensemble, ou peut être ennemies, j'aimerais que Chace rentre dans cette boutique de magie noire, j'aimerais voir Jeffrey hurler de rire quand à une blague stupide lancée par Anthony, j'aimerais les revoir. Tous.
Revenez.
Mes yeux se lèvent sur une silhouette. Est-elle sortie de mes fantasmes, est-elle réelle? Je m'en fous, je m'en balance, et j'en peux plus. JE la reconnais, car comme moi, elle défie l'interdit. Peut être qu'on va se faire blâmer pour ça? Peut être...
Jacob...
Je pleure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob Dragonneau
Gryffondor
Gryffondor
avatar


Messages : 975
Popularité : 616
Date d'inscription : 06/12/2009

+ Me, Myself and I __
Force Magique: o9/11
Gallions:
14800/20000  (14800/20000)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Nul part et partout à la fois (libre, je sais, le forum est fermé, mais je m'ennuis...)   Sam 29 Oct - 19:15

    C'est plus étrange que je me l'imaginais, la vie d'une fantôme. En fait, il n'y a pas vraiment moyen de comprendre ce que c'est d'être un spectre: c'est une suite de sensations et de pensées plus bizarres les unes que les autres. Et pourtant, ça ne m'étonne qu'à moitié. En fait, j'ai l'impression d'avoir toujours été ainsi.

    La vie que j'ai eut me semble si lointaine, comme si cela faisait un siècle que cela avait eut lieu. Cependant, je n'ignore pas que ma mort est survenu quelques jours plus tôt. Mais je ne me souviens plus exactement comment. J'ai quelques flashs ici et là qui me rappellent les douleurs et les peurs que j'ai dû endurer.

    Quand je me concentre un peu, j'arrive à me souvenir des visages de certaines personnes. Mais c'est si dur. J'ai l'impression de devoir me souvenir du barman qui m'a servit en bieraubeurre quatre ans auparavant, à la fin de l'année scolaire. Il faut le reconnaître, c'est aussi difficile que si je devais me souvenir du contenu entier du manuel de potion de ma sixième année. Mission impossible.

    En tant que spectre, j'ai les sens infiniment plus développé qu'un simple mortelle. À moins que ce ne soit qu'une impression. Je sens l'odeur âcre des ruelles sombres de la ville. J'aperçois la moindre parcelle de lumière et chaque détail sans problème dans la rue. Malgré la noirceur. Le seul sens qui y échappe est le toucher. Je peux traverser les murs sans problème. Ce que quelqu'un avec du touché ne pourrait pas faire... Au loin, j'entend les bruits sombres de pieds s'enfonçant dans la neige. Ce n'était pas une neige blanche et pur. Déjà bien des gens avaient marché dessus, la rendant sale et marron.

    Les bruits de pas se rapprochent. Je déglutis une salive inexistante.

    J'aperçois Lorcan, pieds nus. J'écarquille les yeux. Je veux l'interpeller et je m'aperçois avec bonheur que le fait que l'on m'ai coupé la langue ne m'empêcher pas de communiquer un anglais approximatif (avec difficulté):

    - Lorcan !

    Ce n'était qu'un murmure, rien de plus. Mais j'avais attirer l'attention de l'interpellé. La gorge sèche, je m'approche un peu plus.

    Nous ne sommes plus qu'à cinq pas l'un de l'autre.

    Je le regarde, sans un mot, mon regard dans le sien. Tout les passants s'enferment dans leur maison, comme si de me voir les effrayaient plus que de voir le diable en personne.

    Plus que quatre pas.

    J'ouvre la bouche pour parler et je ne trouve pas la force de parler. Je me demande si je ne suis pas devenu subitement muet.

    Plus que trois pas.

    Je continue pas marche, fatigué intérieurement, mais prêt à tout. Prêt à lui parler. À lui dire que j'ai sur le coeur.

    Plus que deux pas.

    Il ne reste pas longtemps avec de pouvoir lui parler. Je ferme les yeux pour mieux les rouvrir.

    Le face à face.

    Je ne sais plus quoi dire. Se plonger dans les banalités ? Lui demander de ses nouvelles ? De quoi ça parle, au fait, un fantôme.

    Je prends une grande inspiration.

    - Ça va ?

    J'avais, tout au moins, conservé mon ridicule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorcan Scamander
Gryffondor
Gryffondor
avatar


Messages : 191
Popularité : 117
Date d'inscription : 19/04/2011
Localisation : Perdu.
Avatar : Jesse McCartney

+ Me, Myself and I __
Force Magique:
Gallions:
0/0  (0/0)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Nul part et partout à la fois (libre, je sais, le forum est fermé, mais je m'ennuis...)   Sam 29 Oct - 19:28

Comme un compte rebours, les secondes séparées et égrenées sur une existence qui devient double. Comme un arbre, aux branches multiples, donc les ramifications se séparent en une arborescence éclatante. Je n'ai même plus la force de chercher à comprendre où sont censées se situer les règles et les écarts, où se trouvent les marches à suivre pour monter dans ce superbe escalier que l'on appelle la raison que déjà, le temps s'est arrêté sur un suspens insoutenable? J'ai l'impression que mon coeur va lâcher. J'ai vu, j'ai cru, espérer et vu se réaliser des centaines de choses, en seize ans. Mais j'ai l'impression des fois, que tout est vide, superficiel que rien ne sert plus à rien.
Mes larmes coulent sur mes joues, dans un atroce contact sensoriel, et pire que tout; contrasté. Mes larmes sont elles chaudes où glacées? Mes joues rougies ou bleues? Je ne sais plus si j'ai froid, si j'ai chaud, si j'en ai marre ou si je suis ravi, je sais juste que je suis là, à chialer, face à un mec qui ne m'a pas l'air particulièrement vivant. C'est tellement.... ridicule! Mais peut être parce que je suis ici, c'est comme ça que ça doit se passer. Cette pensée parvient à me tirer un sourire horripilant. Normal. Parce que je suis là, moi, c'est ridicule.
Je le regarde. Je crois que je suis en train de me demander ce que ça fait d'être. Mort. Bordel, comme j'aimerais être mort. Peut être que sous la forme de fantôme, on peut voler. Peut être que réincarné, on peut être un poisson, et nager au plus profonds des abîmes marins. J'aimerais être mort, tranquille. Le suis-je? Sans personne autour de moi, dans ma vie, suis-je mort? Je en sais plus; et cette pensée me pousse à me trouver véritablement égoïste. Après tout, si je suis mort, je ne souffre certainement pas ce martyre.
...Salut Jacob, j'aimerais dire.
Je le fixe, il me fixe, et je me questionne sur le fait s'il ne va pas me tuer. Devant mes yeux, je repasse mes souvenirs à toute allures. J'ai l'impression d'avoir pourtant réalisé ses dernières volontés, non? La lettre? Oui, je l'ai passé dans la tuyauterie, sous la forme d'une multitude de rongeur, afin qu'aucune d'elle ne soit interceptées par autre mains que celles des élèves et des professeurs. Des souris et des lettres. J'attends ma sentence.

- Ça va?

Les syllabes se détachent, sans former aucune vapeur, hors de la bouche mortifiée. Moi, je crois que ej vais mourir. Mon coeur est comprimé dans un étau de fer, et je ne parviens plus à respirer, ma gorge obstruée par un blocage efficace. J'ouvre pourtant les lèvres.

- Super bien, et toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob Dragonneau
Gryffondor
Gryffondor
avatar


Messages : 975
Popularité : 616
Date d'inscription : 06/12/2009

+ Me, Myself and I __
Force Magique: o9/11
Gallions:
14800/20000  (14800/20000)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Nul part et partout à la fois (libre, je sais, le forum est fermé, mais je m'ennuis...)   Sam 29 Oct - 23:31

    Le dialogue engagé semble plus qu'irréel. Nous commençons à bavarder comme si de rien était. Je lui demande si cela va. Il me répond:

    - Super bien, et toi.

    Je met un certain temps à répondre. J'ai l'impression d'avoir une discussion totalement ridicule. Un fantôme qui parle de pluie et de beau temps aurait plus d'allure. Cela ne m'étonne pas. Je n'ai jamais eut d'allure. Jamais. Je prends une grande inspiration, puis, ma réponse:

    - Oh ! Je suis mort, mais à part ça, pas de grosses nouvelles à t'annoncer...

    Je fais un sourire triste. J'ai conservé mon humour, c'est déjà ça. Je n'ai pratiquement aucun souvenir de ma vie. Comme je l'ai déjà spécifié, il m'arrive d'avoir un subir une série de flash qui me rappellent ce que j'étais. Mais la violence de la mort a tout changé en moi. Ma mémoire aussi a changé. Elle est plus défaillante.

    J'ignore ce qu'il faut faire. Ce qu'il faut dire. Je voudrait juste qu'on me dise que tout cela n'était qu'une mauvais rêve. Je voudrais me réveiller. Je voudrais avoir encore le stress d'un élève. Avoir le stress des examens, les tracas d'un jeune homme de dix-sept ans...

    Surtout, je voudrais encore comprendre la vie d'un simple humain. Je voudrais encore comprendre pourquoi j'étais contre l'arrivée du mage noir. Aujourd'hui, cela m'est totalement superflu. Je n'ai qu'une envie de vengeance, c'est tout.

    Je ne peux pas me pincer, mais je sais que tout cela n'est pas un rêve.

    Je suis mort, mort et remord (désolé du jeu de mot). Je suis un fantôme. Et Lorcan se tient devant moi, pieds nus dans la neige. Comment est-ce possible ? Il n'est juste pas possible de se retrouver dans une telle situation.

    - Que fais-tu dehors, pieds nus, dans la neige, à l'extérieur de Poudlard ?

    C'est une longue question. Mais elle me trotte dans la tête, comme une grand cheval. Ses hennissements m'empêchent de me concentrer. Il fallait que je la pose.

    Je suis mort. Et j'avais toujours crut qu'en ayant quitté la vie, j'aurais réponse à tout. Je saurais tout... Et finalement c'est un peu comme quand on est petit. On croit que lorsque l'on devient adulte, on ne pleure pas, on a pas peur. On sait tout. On peut tout faire. Et on se rends compte que l'on reçoit plus de responsabilités et de tristesses qu'un être vivant peut contenir.

    Maintenant que je suis un fantôme, je suis tout aussi désemparés qu'un gosse en bas-âge. Je me pose toujours autant de questions, mais elles sont évidemment de natures différentes.

    La vie est finalement un long cycle. Il y a la naissance, puis l'enfance, l'adolescence, on devient adulte, puis un petit vieux, et finalement on meurt. À chaque fois, on voit les choses différemment, comme si on était un autre. Mais on est tout aussi désemparé quand on était enfant que quand on est au soir de sa vie.

    Si j'osais, je pourrais même affirmer que la mort, c'est la vie. C'est ainsi, et on ne peut rien y changer. Mais c'est tout à fait faux. Je veux vivre. Je trouverais le moyen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nul part et partout à la fois (libre, je sais, le forum est fermé, mais je m'ennuis...)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nul part et partout à la fois (libre, je sais, le forum est fermé, mais je m'ennuis...)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pour la première fois... [Libre]
» Je suis là, me voilà, c'est petit et c'est trop drôle tout à la fois [LIBRE]
» Il était une fois.... [[Libre]]
» C'est une grande bêtise de la part de la souris, une fois prise au piège, de ne pas dévorer le lard qui la leurra [Livre II - Terminé]
» CODE LIBRE SERVICE DE FICHE DE LIENS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwart's Devil :: En dehors de Poudlard :: Le monde magique-